L'Agriculteur Charentais 06 avril 2017 à 08h00 | Par Victor Bellaud

Energie : Un développement concerté pour moins de crispations

Du côté de l’Ademe, on ne voit pas d’un mauvais œil le développement massif de l’éolien en Poitou-Charentes, l’ancienne région concentrant l’essentiel des parcs en fonctionnement en Nouvelle-Aquitaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Nouvelle-Aquitaine, l’éolien totalise 588 Mégawatts installés selon l’Ademe.
En Nouvelle-Aquitaine, l’éolien totalise 588 Mégawatts installés selon l’Ademe. - © AC

En raison de son climat plutôt venteux, le Poitou-Charentes s’est très vite ouvert à l’éolien : «Les vents venus de Normandie balaient les Deux-Sèvres, la Vienne et le nord de la Charente. Ces vents sont plutôt forts et réguliers, ce qui est très favorable à l’implantation d’éoliennes», explique Philippe Barritault, coordinateur Énergies renouvelables à l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) Nouvelle-Aquitaine. Ce dernier, qui a longtemps planché sur le dossier éolien, ne pensait pas que cette situation favorable entraînerait un tel développement : «Au début des années 2000, on s’était fixé l’objectif de 330 Mégawatts installés en 2016. On pensait que cela suffirait. Aujourd’hui, ce chiffre est largement dépassé», indique-t-il.
Pour Philippe Barritault, la multiplication des parcs éoliens sur le territoire n’est pas forcément une mauvaise chose : «L’avantage des éoliennes, c’est qu’elles produisent de l’électricité en continu, peu importe la météo et les vents. L’éolien est une énergie verte et fiable, qui a un rôle important à jouer dans la transition énergétique».

Lire la suite du dossier complet dans notre édition papier du 31 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui