L'Agriculteur Charentais 19 avril 2013 à 10h16 | Par Conseillers élevage CA 79-17

ELEVAGE INFO

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Economiser la paille avec des plaquettes de bois
Le manque de paille risque de se faire ressentir cette année à la récolte en raison de la pluviométrie hivernale importante qui a mis à mal les parcelles semées. Sur les exploitations, des adaptations et des économies de paille existent. On peut notamment utiliser le bois déchiqueté qui peut servir de litière accumulée pour les génisses. La Chambre d’Agriculture de la Vendée nous livre l’expérience d’un Gaec où  un paillage sur deux est réalisé avec du bois déchiqueté. Ceci a permis de substituer une tonne de paille par 1,5 tonne de bois. 1 200 kg de plaquettes de bois sont ainsi répartis sur une couche de 2 à 3 cm. Le pouvoir d’absorption des déjections est amélioré offrant ainsi une litière plus sèche et plus compacte. Le bois utilisé pour la litière, provenant essentiellement de taille de haie, est acheminé et stocké sous forme de branches sur l’exploitation par des paysagistes et des particuliers. Il est ensuite déchiqueté une fois par an par du matériel de CUMA. Le bois une fois déchiqueté est stocké en tas bâché à l’extérieur. Attention, il doit sécher entre 4 et 6 mois avant d’être utilisé. Economiquement, une tonne de bois déchiqueté (CUMA et transport) revient à 41 € avec un coefficient d’utilisation de 1.5 cela équivaut à 62 € la tonne de paille. 10 tonnes de paille sont ainsi économisées chaque année sur l’exploitation.

Des lots de chèvres selon leur production
La division du troupeau en plusieurs lots plus homogènes permet de mieux ajuster les apports alimentaires aux besoins des chèvres. Des lots sont d’abord effectués en fonction des dates prévisibles de mises-bas, pour mieux gérer l’alimentation de fin de gestation et de début de lactation. Les mises-bas sont finies et la mise en lot en fonction du niveau de production individuel peut être envisagée. Ce critère de mise en lot est d’autant plus souhaitable que le troupeau a une production hétérogène et /ou lorsque les fourrages dont on dispose sont de moindre qualité. Le nombre de lots se choisit selon la capacité d’organisation du bâtiment. Il est possible de faire un lot de primipares. Elles seront alimentées avec de bons fourrages pour leur permettre de continuer leur croissance et compenser leur manque de capacité d’ingestion sans dépasser des doses critiques de concentrés. Pour les multipares, les plus faibles productrices, les moyennes et les fortes productrices peuvent être séparées en 3 lots avec un rationnement (doses et quantités de concentrés) calculé pour couvrir la production moyenne de chaque lot + 1 kg de lait. Le choix du nombre de lot est laissé à l’appréciation de l’éleveur mais ce travail de modification des lots et d’adaptation de l’alimentation est important pour l’efficacité économique et la santé des animaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
600 000
C'est la surface, en ha, de maïs (toutes variétés confondues) en Nouvelle-Aquitaine. La région cultive environ 30 % du maïs français. La Charente-Maritime est au 3ème rang régional, derrière les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui