L'Agriculteur Charentais 27 février 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Pineau - Miser sur les marques

Pour développer les marchés, il faut monter en gamme, en prix et déployer des marques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Raguenaud
Patrick Raguenaud - © AC

Pour le président du comité interprofessionnel du pineau, le climat d’entente des professionnels et acteurs du pineau semble s’accorder sur le développement de l’apéritif charentais dans les prochaines années. Patrick Raguenaud détaille les chiffres des marchés du pineau : 93 000 hl vendus. «Pas négligeable» et en augmentation (3,6 % après quatre années de baisse). Les mauvaises récoltes de 2012 et 2013 entraînent le déstockage. «Nous déstockons depuis plusieurs années et cela peut être un frein ou un handicap pour nos ventes.» Comme l’engagement des viticulteurs est biannuel, les prospectives sont plus aisées à réaliser. Les surfaces consacrées au pineau seront en hausse en 2014. «Car il y a une très bonne collaboration dans l’interprofession, ce qui nous a permis d’obtenir, collectivement auprès de l’Inao, de nouveaux droits de plantation pour l’appellation Pineau.» 110 hectares ont été distribués lors de la dernière récolte. «Trois nouvelles campagnes de plantation s’ouvrent à nous !» lance-t-il. «C’est un bon signe : une appellation où les producteurs ont envie de planter, cela veut dire qu’ils y croient et qu’ils s’y investissent.»Patrick Raguenaud estime le marché «très concentré» : «la région principalement- la moitié des volumes-, deux marchés étrangers (Belgique et Canada), aux trois-quarts vendus en France.» Il aborde surtout le «positionnement» du pineau : notamment sur les évolutions des prix. Le prix du vrac a doublé ces dernières années. «Tant mieux, car cela permet aux producteurs de mieux vivre de leur production.» Mais revers de la médaille, les marges de la distribution du pineau sont faibles. «Il y a là un vrai problème.» Il le lie aussi, dans le contexte général de forte demande pour le cognac, à «une pression très forte» sur ce débouché.

Lire la suite dans notre édition du 28 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui