L'Agriculteur Charentais 03 mars 2016 à 08h00 | Par JMD

Technologies : Les explications d’un expert SIG

Les drones peuvent-ils permettre de suivre les dégâts de gibier ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre la mission des vols, le traitement des données aériennes et la délimitation des zones impactées, il faut compter un délai d’au minimum  deux à quatre jours
Entre la mission des vols, le traitement des données aériennes et la délimitation des zones impactées, il faut compter un délai d’au minimum deux à quatre jours - © FDC17

En écho à l’article paru en janvier 2016 dans l’Agriculteur Charentais («Il est urgent d’intervenir») - où l’idée est soumise de faire passer des drones au-dessus des parcelles culturales pour estimer les dégâts de gibiers  la  fédération des chasseurs a sollicité l’avis d’un spécialiste qui a déjà travaillé sur les audits de territoires en faveur du petit gibier et sur  les cartographies des réserves de chasse des ACCA.

Que pensez-vous de l’idée émise par certains agriculteurs d’utiliser le drone pour évaluer les dégâts de gibier ?
Il est admis que l’informatique et la cartographie moderne ont révolutionné la capacité d’analyse des territoires de chasse à grande échelle : identification des cultures par images satellites infrarouge, délimitation de systèmes complexes d’habitats grâce aux prises de vues aériennes dont la précision atteint parfois le centimètre pixel, réalisation d’audits de territoires faune sauvage sur un département.

Lire la suite de l'interview dans notre édition papier du 26 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui