L'Agriculteur Charentais 29 octobre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Côté Coops : Qui gouverne dans les coopératives ?

La loi d’avenir agricole a mis son grain de sel sur une réalité. Un président, un conseil d’administration, un directeur mène la barque.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Depuis la loi d’Avenir pour l’agriculture, d’octobre dernier, quelques modifications ont été apportées au fonctionnement interne de la coopération agricole pour «en améliorer  la gouvernance.» Si la figure du président et son siège ont fait l’objet, par le passé, de tractations, de discussions, de dissensions, de ruptures, le visage de la «team» gouvermentale coopérative a quelque peu changé depuis des années dans les coopératives du département. D’abord sont nés des groupes coopératifs, obligeant les présidents, les vice-présidents à acquérir de nouvelles compétences, à déléguer des pans entiers d’activités. Mais même dans les «petites» coopératives, le tandem président-directeur «travaille» différemment.

Lire l'enquête dans notre dossier trimestriel Côté Coops, avec le portrait de Simon Aimar, des nouvelles des coops forestières, de Terra Lacta et un zoom sur la coopérative de Chérac

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui