L'Agriculteur Charentais 05 novembre 2015 à 08h00 | Par Pierre louis Berger

Une alimentation innovante pour les porcs et les volailles

Éric Junker est à l'origine d'une nouvelle alimentation animale. Ce concentré a fait l'objet de tests zootechniques positifs de l'Inra Le Magneraud.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La luzerne massaï s'appuie sur une méthode particulière de fragmentation des herbes et de fermentation anaérobie.
La luzerne massaï s'appuie sur une méthode particulière de fragmentation des herbes et de fermentation anaérobie. - © Pierre-Louis Berger

Le facteur humain est souvent prépondérant en matière d'innovation. Éric Junker en est l'exemple type. Il a mis au point un nouveau procédé, un concept trouvé en décembre 2013, qui est une alternative locale au tourteau de soja. Il a baptisé cette formulation inédite «la luzerne massaï» un clin d'oeil aux tribus d'éleveurs africains. «Le massaï qui suis je ?» tel était le titre de son exposé au salon national Tech & Bio de Bourg-lès-Valence au mois de septembre. Concrètement, comment se présente cette nouvelle alimentation destinée aux vaches laitières, aux volailles et aux porcs ? «Cette innovation apporte une manière différente de nourrir les animaux, en particulier, les volailles et les porcs.

Lire la suite dans notre édition du 6 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui