L'Agriculteur Charentais 17 octobre 2013 à 08h00 | Par Thierry Michel

Thierry Roquefeuil - Vigilance sur l’application de la réforme et sur le plan de compétitivité

Président de la FNPL

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FNPL

François Hollande a annoncé les orientations politiques françaises de la réforme de la Pac. Est-ce que l’élevage laitier s’y retrouve ?
L’élevage laitier se retrouve dans les annonces politiques du sommet de l’élevage. L’objectif de la FNPL a toujours été d’avoir une palette de leviers dont l’action simultanée devait permettre aux producteurs de lait, grands perdants de cette réforme de s’en sortir. Pour nous, à la FNPL, la France doit rester une terre d’élevage, symbole de territoires vivants économiquement et socialement. C’est pourquoi nous avons défendu le principe du couplage des aides depuis plus d’un an et la création d’une prime à la vache laitière. Sans oublier une revalorisation substantielle de l’ICHN. Nous avons plaidé pour un plan de modernisation (dans le deuxième pilier) offrant de réelles perspectives. L’acceptation sociale de notre métier est un réel enjeu. Ce plan doit libérer les énergies et permettre la structuration économique des élevages laitiers pour les dix années qui viennent. C’est ce que j’appelle une «Pac d’avenir». Reste le plus difficile à négocier : les modalités techniques de cette réforme. Le diable est toujours dans les détails.

La création d’une prime à la vache laitière a été actée. Quelles sont ses modalités d’application ?
Après le temps politique vient celui tout aussi difficile de l’application technique des annonces. La FNPL est force de propositions. À ce titre, l’attribution des enveloppes de couplage n’est pas un détail. François Hollande a précisé dans son discours que les modalités de répartition seront modifiées afin de sortir des droits historiques au profit des volumes effectivement produits. La FNPL demande que ces modalités d’attribution des enveloppes de couplage soit en cohérence avec la volonté du chef de l’Etat. En clair, cette prime à la vache laitière ne doit pas être un simple concept politique mais avoir une réalité économique. Nous nous battons pour que les vaches laitières soient «primables» sur l’ensemble du territoire.

L’annonce d’un nouveau plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations peut-il répondre aux importants besoins des éleveurs laitiers ?
L’enveloppe financière de ce plan pour la compétitivité a doublé. La FNPL sera vigilante par rapport aux règles du jeu qui seront définies. Les éleveurs laitiers ont des investissements beaucoup plus élevés que dans les autres productions. En effet, la production laitière nécessite des équipements spécifiques liés à la traite et au stockage du lait. La production laitière est astreignante. C’est pourquoi la FNPL demande un soutien dédié aux producteurs de lait à hauteur de leurs besoins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui