L'Agriculteur Charentais 06 juin 2019 à 13h00 | Par Franck Duroueix

Colza : les traitements de semences

Suite à la non ré-approbation européenne de la substance active thirame, les AMM (autorisations de mise sur le marché) des produits concernés ont été retirés le 30 janvier 2019. Le délai d’achat et d’utilisation des semences utilisant cette protection est fixé au 30 janvier 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terres Inovia

Franck Duroueix de Terres Inovia répond aux interrogations des agriculteurs.

Quel risque sur la fonte de semis ?
La fonte de semis est un phénomène très courant à de très nombreuses espèces. Sur l’espèce colza, cela concerne l’action de champignons plutôt inféodés au sol que véritablement à la semence tels que phoma, Pythium sp., rhizoctonia, Fusarium sp. et /ou mildiou et qui ne se montrent véritablement pathogènes qu’en conditions humides lors de de l’implantation.
En effet, le phénomène de perte à la levée est particulièrement référencé en colza de printemps avec des conditions d’implantation humides : sols frais et pluviométrie. En colza d’hiver et pour des semis d’août et de début septembre, les conditions ne sont pas du tout favorables à ces bioagresseurs fongiques présents dans le sol.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 7 juin 2019

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 exploitations sur 5
La diversification concernerait plus de deux exploitations agricoles françaises sur cinq, selon une récente étude, réalisée par l’institut BVA pour le groupe bancaire BPCE (banque populaire/ caisse d’épargne). Et le chiffre pourrait augmenter rapidement, puisque 18 % des agriculteurs qui n’ont aujourd’hui aucune diversification l’envisageraient dans les cinq ans. L’activité la plus courante est aujourd’hui la vente directe (22 %), mais elle pourrait être doublée par la production d’énergie (13 ...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui