L'Agriculteur Charentais 09 mai 2013 à 18h17 | Par Jean-Luc Billet/Vincent Moinet/Damine GIrard

Machine à Traire - Le contrôle se mutualise

Les Chambres d'agriculture mettent en commun leurs compétences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Mille heures par an : c’est la durée annuelle moyenne de fonctionnement de la machine à traire sur l’élevage. Très sollicitée, elle joue un rôle central pour le producteur de lait puisqu’elle conditionne la qualité du lait récolté et la santé des mamelles. Il est donc primordial qu’elle soit en parfait état de fonctionnement, d’autant plus qu’elle fonctionne dans des conditions défavorables: humidité, variation de température, poussière, etc. Les dysfonctionnements peuvent être progressifs et imperceptibles.Partant de ce constat, et devant l’importance de la tâche, les quatre Chambres d’agriculture du Poitou Charentes ont décidé de mettre en commun leurs compétences pour assurer un service maximum du contrôle machine à traire aux éleveurs laitiers du Poitou Charente.Une mise en place d’une commission paritaire composée de représentant des acteurs intervenant dans le milieu de la traite a définitivement acté cette nouvelle organisation régionale.Aujourd’hui, c’est donc la Chambre d’agriculture Poitou Charentes qui se doit d’agréer et de former les agents optitraite. Une formation annuelle pour l’ensemble des agents va être mise en place rapidement pour assurer le maintien à niveau de l’ensemble des techniciens agrées.


Le contrôle Certitraite®, déjà en place depuis plus de 5 ans en Deux Sèvres, est uniquement assuré par le maître d’œuvre territorial. Aujourd’hui, ce service est disponible sur l’ensemble du Poitou Charentes.Les contrôles réguliers des machines à traire révèlent que beaucoup d’entre elles présententdes défauts de conception ou de fonctionnement provenant d’un non-respect des normes lors de leurs montages.Le protocole Certitraite® vise à certifier la conformité de l’installation de la machine à traire. Il permet de vérifier l’aptitude initiale d’une installation de traite lors de sa mise en route par rapport à un cahier des charges basé sur les normes NF ISO. Une convention est signée entre le maître d’œuvre territorial et les concessionnaires souhaitant rentrer dans la démarche, ensuite, ces derniers font signer la demande de certitraite aux éleveurs en même temps que la signature du bon de commande de la machine à traire. La demande de Certitraite® reçu, le maître d’œuvre territorial prend rendez-vous avec l’éleveur et le concessionnaire afin de fixer le jour du contrôle. La présence de l’installateur de la machine à traire est indispensable pour permettre de corriger le maximum de défauts relevé le jour du certitraite.C’est uniquement quand tous les défauts sont corrigés que le maître d’œuvre territorial délivre le certificat attestant la bonne conformité de l’installation.
Services régionalisésDe par la régionalisation du service traite, la Chambre d’agriculture régionale propose un ensemble de prestations. À noter, une nouveauté, le contrôle des déposes automatique caprin est officiel depuis fin 2012, cette prestation spécifique aux organismes agricole est disponible aujourd’hui sur l’ensemble de la région.Les premiers résultats de contrôle sont là : de nombreuses anomalies sont détectées et risquent d’altérer le bon déroulement de la traite. Optitraite est le contrôle de «base» reconnue dans le cadre du paquet hygiène, il évite ainsi des points de pénalités dans le cadre d’un contrôle PAC. Ce contrôle suit un protocole très précis mis au point par l’institut de l’élevage et permet de détecter un bon nombre d’anomalies présentes sur la machine à traire (vide, pulsation, réserve d’air).Le contrôle du nettoyage (fait automatiquement lors d’un certitraite) permet de mesurer les températures et quantité d’eau nécessaires, la turbulence, les dosages de produits, permettant de visualiser ainsi le bon déroulement du nettoyage de la machine à traire.Du contrôle Optitraite au contrôle des déposes automatiques la Chambre d’agriculture dispose d’agents neutres et agrées par le Cofit.



Certitraite® concerne les machines neuves, d’occasion mais aussi les machines qui ont subi au moins une des modifications suivantes :- changement du système de pulsation de tous les postes- changement des faisceaux trayeurs ou ajout de plus de 30% de postes de traite- augmentation du diamètre du lactoduc- changement de pompe à vide avec augmentation de capacité- mise en place de déposes automatiques.Un protocole spécifique a été aménagé pour les robots de traite.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui