L'Agriculteur Charentais 08 octobre 2015 à 08h00 | Par BA

L’Agora de la mer prête à fonctionner

Une fois installée, dans son bureau, le parc naturel marin pourra recruter et donner son avis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © BA

Ne pas croire que constituer le bureau du tout nouveau parc naturel marin de l’Estuaire de la Gironde est aussi mécanique qu’il n’y paraît dans  le communiqué final. C’est un savant dosage entre politiques qui veulent siéger, professionnels qui veulent faire entendre leurs intérêts, milieux environnementalistes qui souhaitent conserver la prérogative de l’objectif. Philippe Plisson, député de Gironde, élu à la présidence, en juillet dernier, assène les justifications de la recherche du consensus comme leitmotiv. Le large territoire du parc naturel ratisse large. Le parc naturel marin devrait recruter son équipe et déjà le directeur du SMIDDEST*, Jérôme Baron, est détaché quelques heures. «Cela va permettre un tuilage. Le temps de choisir entre les 61 candidatures reçues pour constituer l’équipe qui devrait être opérationnelle avant la fin de l’année.” détaille Philippe Plisson ; 15 à 20 personnes à terme, 5 à 6 dans un premier temps, estime Pierre Leca, directeur adjoint des aires marines protégées. Dans le savant dosage, Philippe Plisson (Député PS) et Marylin Simoné (Conseil régional-PS) côtoient Didier Quentin (LR) et Lionel Quillet( vice-président du Conseil départemental). Jean-Louis Léonard, candidat malheureux à la présidence en juillet, l’est tout autant puisqu’il ne figure même pas dans ce nouveau bureau de 18 membres. Eric Renaud (professionnels de la pêche) ou Dominique Chevillon (Nature Environnement) Philippe Grand (plaisanciers) côtoieront Ségolène Travichon (LPO), experte. Michel Amblard figure dans ce bureau aux côtés des professionnels de la conchyliculture ou Michel Puyzarat, pdg du grand port Atlantique. Les agriculteurs ont donc ainsi une représentation comme ils le souhaitaient.


Lire la suite dans l'édition du 09 octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui