L'Agriculteur Charentais 25 janvier 2018 à 01h00 | Par Bernard Aumailley

Cognac : 2017, année à + 10 %

De bons résultats pour l'année écoulée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

D'un côté, il y a la production avec ses vicissitudes climatiques, de l'autre, la commercialisation. 98 % d'exportation. Et en 2017, ce dernier a vendu 1 bouteille de plus qu'en 2016. + 10 % en volume et 14 % en valeur. Pour les 197 millions de bouteilles, cela représente un chiffre d'affaires de 3,15 milliards : 50 Airbus A318 !
«Avec 86,1 M de bouteilles expédiées en 2017 et une croissance de 11,4 % en volume et 12,6 % en valeur, la zone de l'Amérique du Nord, l'ALENA ( 43,6 % des expéditions) est toujours leader» souligne le BNIC, en communiquant les chiffres de l'année écoulée. Dans cette zone, les Etats-Unis représentent 82,6 M de bouteilles : présence historique constante des maisons de négoce. «C'est ce qui explique la belle performance sur ce marché» selon Patrick Raguenaud, le président du BNIC. L'autre marché, c'est l'Extrême Orient : 56,9 M de bouteilles ( +11,3 % en volume, +18,4 % en valeur), 28 % des expéditions de cognac de par le monde. La Chine représente 25,5 M de bouteilles. «Cette dynamique de forte reprise des expéditions témoigne de l'appétence durable des Chinois pour les cognacs, alors même que nous restons dans un contexte de normalisation du marché.» L'Europe figure encore sur le podium : 41,6 M de bouteilles ( 21 % des expéditions, + 5,7 % en volume et + 8,7 % en valeur). La reprise du marché sur la Russie (+32,5 %) s'ajoute à une autre reprise, celle des pays baltes. Patrick Raguenaud parle «d'un fort potentiel» sur les pays de l'Afrique ou l'Océanie  : +13,2 % en volume, 17,3  % en valeur. Au total, 12,8 M de bouteilles. La moitié des ventes se fait en qualité VS (+8,6 % en volume et 15,4 % en valeur) les VSOP augmentent de 11,2  % en volume et 11,1 % en valeur, les qualités vieilles de 14,3  % en volume et 17,1  % en valeur. 2017 est donc une année «historique.» Dans le palmarès des pays : premier les Etats-Unis, second la Chine, troisième Singapour et loin derrière le Royaume Uni.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui