L'Agriculteur Charentais 13 décembre 2018 à 09h00 | Par Kévin Brancaleoni

« Promouvoir nos agricultures »

Terre Atlantique a célébré ses dix ans d’existence lors de son assemblée générale à l’espace Encan de La Rochelle, le 30 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le directeur de Terre Atlantique Christian Cordonnier a fustigé les transferts de compétences, «une charge pour les entreprises».
Le directeur de Terre Atlantique Christian Cordonnier a fustigé les transferts de compétences, «une charge pour les entreprises». - © AC

Ils étaient plusieurs centaines à être conviés, ce vendredi 30 novembre, à l’espace Encan de La Rochelle pour l’assemblée générale de Terre Atlantique. La réunion s’est tenue dans le vaste auditorium Michel Crépeau, nécessaire pour accueillir l’affluence… et pour marquer le coup. Car, au-delà des procédures légales, de l’élection de nouveaux administrateurs, de la présentation du bilan de la campagne écoulée (voir en page 7 de notre édition du 30 novembre), l’événement célébrait surtout les dix ans d’existence de la coopérative. Une structure née de fusions successives, soit «plus de 80 ans de travail auparavant», comme l’a rappelé Jean-Yves Moizant lors de son rapport moral.
Si le président de Terre Atlantique a commencé par saluer la bonne santé de l’organisme («Les adhérents sont de plus en plus nombreux. Pour nous, pour moi, c’est important.»), son constat est ensuite devenu plus mitigé. «Les agriculteurs vivent aujourd’hui plutôt un peu plus longtemps que le reste de la population», a-t-il indiqué. «Mais nous devenons aujourd’hui des cibles», s’est-il empressé d’ajouter en évoquant son vécu personnel, et l’incompréhension grandissante entre les agriculteurs et le reste de la population. Dans son viseur, une association dont il met en cause tant les méthodes que les intentions. «Tous ces messages de peur viennent de Générations Futures», «dont le seul but est de développer le marché du bio», «ce qui n’a rien de condamnable… mais pas avec ces méthodes.» Jean-Yves Moizant va jusqu’à qualifier Générations Futures de «premier lobby des grandes surfaces» : «dénigrer l’agriculture conventionnelle pour mettre en avant l’agriculture biologique provoque le trouble chez les consommateurs.»

Les conséquences d’Égalim inquiètent

Autre sujet d’inquiétude pour le président de Terre Atlantique, les conséquences des lois Égalim. «Que dire de la séparation de la vente et du conseil ? Les coops ne vendent pas de phytos, elles ne devraient pas être concernées.» Selon lui, «elles les achètent pour les mettre à disposition de leurs adhérents.» «Cette séparation remettrait en cause jusqu’à notre statut !» assure-t-il. «Cela aura un coût pour les agriculteurs.» Sa position n’est pas sans rappeler celles exprimées par le directeur général de Terre Atlantique, Christian Cordonnier. En ouverture de l’assemblée, il a critiqué des mesures «inutiles et inindispensables». «Je préférerais m’occuper vraiment de l’agriculture, ce serait plus utile à l’environnement et à la France !» La question est revenue plus tard sur la table, lors de la présentation des ressources humaines assurée par Florence Grenon. «De simplification, pour le moment, je n’ai entendu que le nom !» a-t-elle lâché lorsque le passage au prélèvement à la source (et les changements logiciels qu’il implique) a été évoqué. «Nous n’avons rien contre la République Française, bien évidemment, a alors assuré Christian Cordonnier, mais ces transferts de compétences sont une charge pour les entreprises.»
Face à ces conditions difficiles, Jean-Yves Moizant a évoqué la bataille de l’image des agriculteurs, qui passe par l’importance des échanges avec les «urbains». Il a notamment pris en exemple une opération récemment menée à Nieul-sur-Mer, où des riverains ont été invités à visiter une installation agricole. «Nous devons semer cette petite graine, et promouvoir nos agricultures.»

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui