L'Agriculteur Charentais 07 février 2019 à 16h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Zones humides : Ce que contient le nouveau rapport Tuffnell-Bignon

Face à la régression des marais, la mission, lancée en juillet dernier, vise à identifier les blocages, les incohérences, et proposer une meilleure articulation. Les propositions sont contenues dans un rapport d’une centaine de pages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Il n’est pas épais : une centaine de pages à peine. Le rapport qu’ont produit Frédérique Tuffnell (députée de la deuxième circonscription de la Charente-Maritime, LREM) et Jérôme Bignon (sénateur de la Somme, Agir), et remis au Premier ministre et au ministre de la Transition écologique, axe sur trois thèmes majeurs : celui d’une meilleure cartographie des zones humides, celui des marais inscrits dans les services rendus, et celui de l’appropriation des enjeux par les acteurs locaux. Le tout enveloppé dans un grand effort de communication. Ce qu’ils nomment, joliment, « terres d’eau » cumulent les atouts, entre autoépuration de l’eau, patrimoine naturel, productions alimentaires, rôle positif contre le réchauffement climatique. Tous deux imaginent une sortie des zones humides de leur ghetto pour « une prise de conscience », passant par la pédagogie.

 

Retrouvez l'article complet en page 3 de notre édition papier du 8 février 2019.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui