L'Agriculteur Charentais 27 août 2015 à 08h00 | Par Guillaume De Werber

Viandes importées : Manque de traçabilité sur les produits transformés

Mardi, tôt en matinée, les agriculteurs de la FNSEA et JA se sont installer devant Viandes service (86). Cette entreprise de transformation se fournirait majoritairement en viande d’importation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une délégation d’agriculteurs a été reçue par les responsables de Vivonne viandes et Viandes Service.
Une délégation d’agriculteurs a été reçue par les responsables de Vivonne viandes et Viandes Service. - © VR

Dès 6 h 30, les tracteurs arrivés sur la zone artisanale des Sablons, à Vivonne, déversent le contenu de leur remorque (fumier, paille…) devant les grilles de l’entreprise de transformation de viande Viandes service pour en bloquer l’accès. Michel Caillé, secrétaire général de la FNSEA, tout en guidant ses collègues en train de manœuvrer, exprime sa colère : «Dans la nuit de dimanche à lundi, 14 t de viande bovine espagnole ontencore  été déchargées ici. C’est vraiment se moquer de nous !»

Harmonisation des règles
Parcs de contention sur un sens giratoire pour accueillir bovins et ovins, petit barrage filtrant les voitures, installation d’un chapiteau. Les agriculteurs, de plus en plus nombreux à investir les lieux, s’installent, et de l’aveu de Michel Caillé, ils pourraient même rester là plusieurs jours. «On a l’intention de bloquer le site un certain temps (les éleveurs ont décidé de lever le camp ...).» «Ce genre d’entreprise détruit nos filières en France», dit remonté Michel Caillé. «Elles ne regardent que le prix. Ce principe de dumping ne nous plaît pas. Il faut une nouvelle organisation à l’échelle européenne pour que tout le monde ait les mêmes règles.»
Pour Damien Genet, éleveur laitier aux Roches Prémarie, les producteurs français ne jouent pas à armes égales avec leurs voisins européens. «En Espagne ou en Italie, les exigences sanitaires ou de mises aux normes sont moins prononcées, les coûts d’abattage sont plus bas, donc le prix de la viande est plus bas. Nous ne pouvons pas nous aligner sur leurs prix, d’autant plus que nos charges augmentent.»

Lire la suite dans notre édition du 28 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui