L'Agriculteur Charentais 04 juillet 2019 à 15h00 | Par Bernard Aumailley

Vals de Saintonge : Sept millions d’euros de coup de pouce

À l'instar d'Oléron 21, le territoire va trouver dans un plan de quoi se booster et retrouver une dynamique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le plan Trézence, « vitrine de la politique des espaces naturels sensibles » du Département, sera poursuivi.
Le plan Trézence, « vitrine de la politique des espaces naturels sensibles » du Département, sera poursuivi. - © AC

Le territoire a longtemps vécu sur les divisions de ses communautés de communes. La ville centre, Saint-Jean-d'Angély, renaît perpétuellement, sans pour autant entraîner son bassin de vie. Les déboires économiques, l'unicité de ses productions devaient trouver dans la nouvelle communauté de communes (110 communes) créée en 2014 un nouvel élan, un rebond. Depuis 9 ans, le schéma départemental routier compensait en améliorant les axes routiers. Un plan nommé Trézence en 2018 intégrait l'hydraulique, l'agriculture, l'habitat et surtout tentait de donner une « nouvelle vocation aux terrains achetés en vue de la construction du barrage ». Le nouveau cinéma de Saint-Jean était aussi aidé par le Département, comme un nouveau dojo à Beauvais-sur-Matha. Mais cela ne suffisait pas aux conseillers départementaux qui partageaient l'idée d'un coup de pouce supplémentaire pour faire décoller ce territoire. C'est chose faite depuis vendredi dernier, où lors de la session d'été, ils ont voté un plan de 7 M€. « L'idée est d'asseoir un développement cohérent » en appui de la CdC de Vals de Saintonge : « des actions ciblées ».
Dans la longue liste de ce coup de pouce figurent en premier lieu des bonifications des interventions (10 %) du Département. Chaque commune se verra gratifier d'un peu plus. Ce plan comporte 3 axes : investir « fortement » pour soutenir la relance du territoire, structurer la destination touristique (voir notre dossier tourisme ci-contre) et renforcer l'attractivité du territoire. Sur cette dernière, le constat est fait : « l'attractivité du territoire nécessite d'être renforcée pour permettre la création et le développement d'activité à forte valeur ajoutée en termes de richesses et d'emplois. » Vals de Saintonge mise donc sur l'immobilier d'entreprise avec un arsenal de mesures comme le rabais sur les prix de vente, la location vente de terrains nus, de bâtiments neufs ou rénovés, d'avances remboursables. 14,8 M€ sont prévus, dont 2 M€ du Département. C'est une première qui passe par la contractualisation avec le Département. S'ajoutent aussi des contournements ou des dessertes de zones industrielles.
Sur l'attractivité du territoire, cela passe par des « fiches actions » dont la base a été le schéma d'amélioration de l'accessibilité des services au public réalisé avec l’État. Il y a clairement été pointé des difficultés de maintien des services publics dans le milieu rural. Les « fiches actions » passent donc par l'accueil de « qualité » des enfants et des jeunes (investissements prévus 1 M€, aide du Département, la moitié), la valorisation du cadre de vie des habitants (1,4 M€ prévus, 627 K€ d'aides), un plan sport santé (4,2 M€ prévus, 1,5 M€ d’aides), une offre culturelle attractive.
Le Département « mobilise » donc tous les outils à disposition pour ce territoire : cela va du fond départemental d'aide à l'équipement touristique à l'aide aux investissements culturels (1,5 M€ prévus, 400 K€ d'aides), de l'hydraulique agricole au fonds énergie...

Dynamiser les vallées

Côté monde agricole, il faut noter la poursuite du plan Trézence (3,5 M€), « vitrine de la politique des espaces naturels sensibles » avec « sa pluralité d'aspects attractifs ». Dans le dispostif d'aides à l'immobilier, sont ciblés des projets dans les filières agroalimentaires, celle de la transformation des produits de la forêt, ou de la production maraîchère. Tout autant que la rénovation des friches industrielles, des activités liées au numériue, les résidences touristiques. L'idée d'un « événement » de portée régionale autour de l'agroalimentaire biologique est envisagé « pour valoriser les productions locales et conforter la démarche engagée avec Val bio Ouest. »
La partition est écrite. Les musiciens se sont donnés le ‘‘la’’, il ne reste plus qu'à la jouer. De concert. Une nouveauté car les décennies précédentes ont montré plutôt des solos, parfois brillants, parfois moins bien exécutés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
600 000
C'est la surface, en ha, de maïs (toutes variétés confondues) en Nouvelle-Aquitaine. La région cultive environ 30 % du maïs français. La Charente-Maritime est au 3ème rang régional, derrière les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui