L'Agriculteur Charentais 28 mars 2019 à 09h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Une année de consolidation pour les CUMA

À l’occasion de son assemblée générale, le 14 mars à Merpins, la fédération des CUMA des Charentes est revenu en détail sur le soutien qu’elle apporte à ces structures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président Jean-Yves Verhaegen.
Le président Jean-Yves Verhaegen. - © A.V.

L’assemblée générale de la fédération des CUMA des Charentes a été l’occasion de revenir l’actualité de la structure. Le réseau des CUMA exerce dans un climat national changeant, malgré des avancées notamment sur la législation e matière de subventions. « Les négociations pour la mise en place de la PAC post 2 020 ont démarré. Le réseau CUMA interpelle l’État et les Régions sur l’agriculture de groupe qui peut répondre aux évolutions nécessaires de l’agriculture, que ce soit d’un point de vue des pratiques culturales, que d’un point de vue économique », a rappelé le président Jean-Yves Verhaegen. Sur le plan régional, il a indiqué qu’il avait s’agit d’une année de consolidation pour la structure, avec un renforcement des partenariats. Elle a répondu à quatre appels à projet dont le programme AITA (accompagnement à l’installation et transmission de l’agriculture) pour fiancer ses interventions auprès des futurs exploitants.
Parmi les points à surveiller, le PCAE est sous les feux des projecteurs. D’abord parce que les demandes de subvention ne sont pas toujours réalisées de la bonne manière pour les agriculteurs, qui s’exposent à de mauvaises surprises. Nicolas Figeac, animateur, rappelle que « toutes les filières sont représentées pour l’achat de matériel. Le renouvellement n’est pas éligible et il faut être patient. Il ne faut pas signer de commandes trop tôt. À la fin, on nous demande les relevés bancaires pour justifier la transaction. Les dates sont vérifiées. Deux dossiers ont été retoqués l’an dernier. Un pour un paiement effectué trois jours avant le dépôt du dossier. Une fois le dossier déposé, il faut compter un an pour déposer le paiement et le retour intervient six mois après. »
Le président Jean-Yves Verhaegen s’inquiète de l’éligibilité. « Pour bénéficier d’un PCAE, il faudrait installer cinq jeunes. Il faut être très optimiste pour en avoir cinq en même temps dans une CUMA. Ou créer une CUMA par département. Ce fonctionnement n’est pas logique et pousse au surinvestissement ».
L’assemblée générale a également été l’occasion de confirmer le maintien du dispositif DINA Cuma qui remplaçait les prêts bonifiés. « L’enveloppe régionale est maintenue pour 2019 ce qui nous permet de continuer à vous proposer des diagnostics. N’hésitez pas à revenir vers vos animateurs », a indiqué Patrick Belluteau. Il a également rappelé que le DINA se décompose en deux volets : une aide à un conseil stratégique sous forme de diagnostic et une aide à la mise en place de hangar pour les CUMA ayant bénéficié du diagnostic, avec un financement à hauteur de 20 % maximum.
Alexandre Veschini

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui