L'Agriculteur Charentais 26 février 2020 à 16h00 | Par Kévin Brancaleoni

Un nouveau syndicat pour des actions renforcées

Le SMASS et le SMBSA ont fusionné depuis début janvier au sein d’une même structure, qui devrait permettre une meilleure mise en œuvre de la gestion de l’eau pour la Seudre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Début décembre, des travaux de reboisement de berges ont eu lieu avec de jeunes élèves du secteur.
Début décembre, des travaux de reboisement de berges ont eu lieu avec de jeunes élèves du secteur. - © Syndicat mixte du bassin de la Seudre

Depuis le 1er janvier dernier, le Syndicat mixte de la Seudre et de ses affluents (SMBSA) et le Syndicat mixte d’accompagnement du SAGE Seudre (SMASS) ne font plus qu’un. Les attributions des deux syndicats ont été regroupées au sein du  Syndicat mixte du bassin de la Seudre (SMBS). À l’occasion de cette fusion, le SMBS voit son champ d’action étendu, puisqu’il dispose désormais de la maîtrise d’ouvrage dans la partie estuarienne de la Seudre, en aval de Saujon. La nouvelle structure associe aujourd’hui pas moins de soixante-sept communes, ainsi que quatre intercommunalités « majoritaires » (CA Royan-Atlantique, CC du Bassin de Marennes, CC de Gémozac et de la Saintonge viticole  et CC de la Haute-Saintonge), qui concentrent l’essentiel du bassin de la Seudre. « La fusion s’est faite en conservant les adhérents actuels », explique Yann Davitoglu, technicien Rivières et zones humides venu de l’ex-SMBSA. « Il est envisagé d’intégrer deux intercommunalités plus marginales (Saintes, Cœur de Saintonge) dans un deuxième temps. »
La fusion des structures devrait permettre une mise en œuvre améliorée du SAGE (schéma d’aménagement et de gestion de l’eau) Seudre, approuvé et déjà opérationnel. Près de quatre-vingt dispositions ont été définies, « avec toujours comme point de mire la bonne qualité des eaux », souligne Yann Davitoglu. Le syndicat en a déjà déployé quelques-unes. « Nous avons lancé un plan de gestion des boisements des bords de cours d’eau », explique Claire Blondel, chargée de mission au SMBS. « Le projet émerge d’une demande de la commune de Bois, pour qu’on participe à des travaux d’entretien. » Les premières réunions avec les riverains des affluents de la Seudre ont eu lieu dès 2018. « Quand on est propriétaire en bord de cours d’eau, on a l’entretien à sa charge », explique Claire Blondel. « Mais bien souvent, soit c’est fait de manière inadaptée, soit ce n’est pas fait. » « Nous, nous proposons de le faire, dans le cadre de l’intérêt général », ajoute Yann Davitoglu. La délégation d’entretien se fait pour cinq ans, quinze en cas de plantation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui