L'Agriculteur Charentais 27 septembre 2018 à 09h00 | Par Laurence Guilemin

Un nouveau silo en Aunis

Un nouveau silo a été inauguré à Loiré de Vérines, par la coopérative angérienne Terre Atlantique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Nous investissons pour la durabilité, pour les générations futures» a souligné le président de la coop, Jean-Yves Moizant.
«Nous investissons pour la durabilité, pour les générations futures» a souligné le président de la coop, Jean-Yves Moizant. - © AC

Vendredi dernier, Terre Atlantique a inauguré un  2ème silo, à Loiré de Vérines, après celui de La Rochelle, inauguré en 2016. Cette construction est le résultat d’une réflexion menée par la commission «investissements» de la coopérative, sur sa capacité de stockage en Aunis. D’une capacité de 11 000 tonnes, l’investissement est d’un peu plus de
2 ME,cela revient à un coût de 200 E/tonne, ce qui fait dire à son directeur, Christian Cordonnier qu’il s’agit «de la construction la moins chère». Et les bâtiments sont parfaitement insérés dans le paysage. Un nouveau silo qui permet ainsi de ne pas ramener les céréales à l’intérieur des terres et qui répond aussi aux problématiques des intempéries et de manutention. Une construction qui comprend deux cellules et une fosse indépendante, afin de répondre au marché du «sans gluten» en assurant une traçabilité. Certes, les intempéries n’ont pas facilité la tâche des entreprises, qui ont su s’adapter.
Les nombreux agriculteurs présents ont pu visiter les lieux et les entrailles du nouveau silo mais également celui qui est juste à côté. Benoit Lecluselle, responsable logistique-exploitation, a montré le Granifrigor, un refroidisseur d’air pour les céréales. Il stabilise les céréales. Les insectes ne se développent pas. Il permet de passer très rapidement de 30 °C à 12/13 °C. Il est beaucoup utilisé dans les pays d’Amérique du Sud et dans les pays du Maghreb. Avant de couper le ruban avec Line Lafougère, maire de la commune, Jean Yves Moizant, le président de la coop n’a pas manqué de pointer du doigt quelques sujets d’actualité. Il a évoqué la problématique de l’eau, des Egalim avec notamment,  la décision de séparer la vente du conseil. «Regardez ce qui se passe avec les médecins et les pharmaciens. On les a séparés et pourtant la France est le 1er pays consommateur de médicaments.» Il parle d’un manque de considération des agriculteurs, «on les juge irresponsables, influençables, pas formés.» Pour le président, le moyen pour se faire entendre, est la coopérative. «C’est une équipe qui avance, et nous, les agriculteurs, avons les décisions. Ici, le technicien apporte du conseil technique, du conseil économique. A la coopération, nous avons déjà fait la séparation.» Il a invité les agriculteurs, à communiquer et à être fier de leurs produits, de leur qualité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui