L'Agriculteur Charentais 02 avril 2020 à 14h00 | Par Laurence Guilemin - Kévin Brancaleoni

Travailler, produire, récolter, c'est OK, mais commercialiser...

Les employeurs de main-d'oeuvre ont mis en place, rapidement, des mesures sanitaires pour protéger leurs salariés. Cependant, l'interrogation demeure sur l'écoulement des produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L. Guilemin

À Tesson, chez Véronique Branger, de l'EARL La Malvaud, la saison des asperges commence tout juste. Elle emploie une dizaine d'occasionnels à cette période là de l'année. Une main-d'oeuvre qui est locale. Les questions sanitaires sont sa priorité : « Cela ne nous empêche pas de travailler, nous sommes dehors, nous sommes espacés les uns des autres. On respecte les mesures d'éloignement. » Les salariés vont embaucher à la parcelle, « cela a toujours été ainsi chez nous ». Donc, l'application du principe, un véhicule, un salarié est de facto réalisé.  Par contre, dans le bâtiment conditionnement, des mesures ont été prises. « Nous avons mis des paravents, des plexiglas , afin de s'isoler les uns des autres. Pour la vente directe, nous recevons sur rendez-vous. Il faut absolument prévenir avant de venir. Nous avons installé aussi un plexiglas autour de la caisse », détaille l'exploitante. Le dialogue est au coeur de l'exploitation. « J'ai bien exprimé ma position sur les règles sanitaires. Je ne rigole pas. On se protège, on s'isole, on se parle de loin. On prend toutes les mesures qu'il faut prendre. J'écoute mes salariés, je veux qu'ils soient très à l'aise avec cela. S'ils ne se sentent pas capables de venir, je veux qu'ils me le disent. Mais jusqu'à présent, je n'ai pas eu de refus. »
Par contre, « la grosse inconnue et le gros problème, c'est la commercialisation », concède Véronique Branger. « La récolte oui, on est tout à fait capable de le faire, mais la vente c'est autre chose. On ne pourra peut-être pas ramasser toute la saison, peut-être que l'on ne pourra pas ramasser tout. Si on ne vend pas, ce n'est pas la peine de ramasser. »
En plus de la vente directe, elle propose ses produits en bocaux. Pour elle, il n'est pas question d'en faire plus. « La vente de ses produits dérivés ne rapportent pas suffisamment pour couvrir les frais de personnel (pour le ramassage) qui sont très onéreux, si on ramène au coût du kilo. » Véronique Branger n'ose pas envisager de laisser les asperges en terre. « Ce serait la première fois, si cela devait arriver ! Ce serait un coup dur pour l'exploitation. » On devine à travers ses mots une certaine crainte. « Peut-être qu'il va falloir y penser. Mais si on devait le faire, l'exploitation ne survivra pas à cela. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui