L'Agriculteur Charentais 19 décembre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Terra Lacta - Les nouvelles perspectives devraient booster la production

La coop veut maintenir son volume de production et faire plus de beurre. Elle annonce une hausse du prix du lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Lebret
Alain Lebret - © AC

Terra Lacta a décidé d’inciter les éleveurs à produire plus de lait pour contribuer à maintenir les volumes attribués (830 Ml). Aujourd’hui, 750 Ml sont produits. Terra Lacta souhaite qu’ils le soient encore dans la durée. «Globalement, nous avons besoin de lait. Certains secteurs, dans des zones plutôt céréalières, ont moins produit. D’autres plus laitiers se sont maintenus» souligne Alain Lebret, le président de Terra Lacta. «Nous avons réussi à conserver, dans la négociation avec Bongrain, tous nos outils industriels, en dehors de Mareuil. Elles ont besoin de lait.» Selon lui, «l’objectif n’est pas de faire plus mais de produire autant et maintenir en cela notre capacité de production.» Discours qu’il a déjà tenu à la conférence agricole départementale. «Moins on en collecte, plus nous fragilisons ceux qui restent. Mais produiront ceux qui veulent…» Une réactivité laitière «possible» dans cette «région intermédiaire» estime-t-il : «nous le voyons déjà dans certains secteurs du bassin de Terra Lacta. Nous sommes en collecte positive depuis un mois et demi après 18 mois de collecte négative.»

400 €/1000 l dès janvier
Maintenir les 750 Ml est donc un nouveau paradigme, plutôt aux antipodes des discours jusqu’alors entendus. Nouvelle vision que l’alliance avec Bongrain a générée. «Le monde laitier a déjà changé. Les restructurations ont été entreprises partout en France et en Europe. Cela modifie la donne d’un marché de plus en plus international. C’est plutôt positif pour les producteurs.» Terra Lacta finit à 342 € en prix de base moyen. «Nous sommes dans le peloton de tête des entreprises laitières françaises. Le partenariat avec Bongrain nous assure de rester sur ce rythme pour quelques années.» Nouvelle perspective inconnue depuis longtemps. Ce qui pousse Alain Lebret à annoncer un dépassement des 400 €/1000 l dès janvier sur le prix de base.

Lire la suite dans notre édition du 20 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous