L'Agriculteur Charentais 17 octobre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Taux de protéines - La valorisation sur les marchés d’export difficile

Il fait défaut cette année. Les opérateurs se sont donc réorientés vers des débouchés d’alimentation animale, même si les chiffres ne notent pas cette inflexion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Dire que le Poitou-Charentes est «moins bien placé» aujourd’hui suite à sa récolte de céréales 2013 n’est pas une nouveauté. Dès les premiers battages et après le printemps pluvieux, la messe semblait dite. Avec ces 9 % de la sole céréalière française, il n’en reste pas moins que les surfaces semées en 2012 étaient restées en blés tendres stables, avaient progressé en orges, en maïs et en tournesol, alors qu’elles régressaient en blé dur et en colza. Résultat, en été 2013, 5,5 Mt engrangées dont 2,7 en blé tendre, presque 800 000 t en Charente-Maritime. La prévision fait état d’une récolte moindre pour 2014 en tenant compte des emblavements prévus actuellement. Mais ce qui marque la récolte 2013 c’est sans contexte le «manque» de protéines. Avec trois variétés qui trustent le podium (Arezzo, Euclide et Apache), la région Poitou Charentes obtient un rendement de 66 qx/ha, se maintient sur le poids spécifique à 78,2 kg/hl, mais a un score plus que moyen de 10.8 en moyenne en taux de protéines. Il était de 0,5 points supérieurs en 2012. C’est là que réside la différence. Alors si le quart de la production régionale de farine couvre près de la moitié des besoins régionaux et un tiers des volumes part vers Bordeaux, un quart vers Nantes et un autre quart vers Poitiers. Aujourd’hui, au vu du taux de protéines, les opérateurs, négoce et coopératives, se tournent vers le marché de l’alimentation animale. Selon des chiffres donnés lors d’une récente réunion régionale de FranceAgriMer à Niort, les besoins en blé tendre en alimentation animale dans la région sont de l’ordre de 390 Kt, de 243 Kt en maïs, de 57 Kt en orge et de 41 Kt en colza. Ils alimentent ainsi en grande partie les élevages de volailles (827 Kt) et les bovins ( 244 Kt).

Lire l'article complet sur les taux de protéines dans notre édition du 18 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.