L'Agriculteur Charentais 19 avril 2013 à 15h25 | Par Bernard AUMAILLEY

revue de presse semaine du 15 au 19 avril

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Revue de presse

 

Combien tu pèses ?

Chacun y est allé de sa déclaration. Qui des assurances vie, qui des voitures. Et deux ministres retiennent l’attention du… Figaro : Stéphane Le Foll et Guillaume Garrot. « Le ministre de l'Agriculture,  et son collègue de l'Agro-alimentaire, Guillaume Garot, viennent de publier leur patrimoine à la demande de François Hollande. Comme on pouvait s'en douter, être ministre, enrichit permettant d'avoir des comptes en banque bien garnis et des biens immobiliers dont la valeur se situe au-delà de la moyenne du patrimoine des Français. » Mais ils ne font pas exception dans ce ministère. L’analyse qu’en font les Echos, après la publication, est réaliste : « Hautement symbolique, l'exercice a ses limites. Purement déclaratif, il ne peut à lui seul empêcher un responsable de frauder, même s'il peut être dissuasif. Il doit ensuite être pris pour ce qu'il est : témoigner d'une volonté de « transparence » et ne pas servir à établir un palmarès exhaustif de la richesse. Car les déclarations de patrimoine ne donnent pas de lisibilité sur les revenus (apparaissant seulement dans les déclarations fiscales non publiées). » Le Figaro renchérit : « C'est toutefois le ministre délégué à l'agroalimentaire, Guillaume Garot qui est le plus fortuné des deux avec un patrimoine immobilier de près de 500 000 euros (moins environ 72 000 euros de remboursement de prêt) se composant de deux appartements et d'une maison. A cela s'ajoutent des placements bancaires au Crédit Agricole et Crédit Mutuel notamment pour près de 160 000 euros. De son côté Stéphane Le Foll, est un peu moins riche financièrement parlant. Il possède plus de 70 000 euros de placements et des biens immobiliers, deux maisons, pour 350 000 euros. Sans oublier une moto BMW d'une valeur de 300 euros. » Libération propose d’aller plus loin : « Il eût été opportun, pourtant, d'éclairer les internautes sur la volonté politique sous-jacente à cet événement. Et de commencer par expliquer, notamment, que la France ne fait que s'aligner ainsi sur des usages qui concernent aujourd'hui 25 des 27 pays de l'Union européenne ! En d'autres termes, il était temps ! Mais, au-delà, il eût été raisonnable de souligner — plutôt que de s'en tenir à une sorte de silence contrit — que la diversité des situations reflète la diversité des origines et ne saurait tenir lieu de critère particulier de jugement sur l'engagement et le dévouement publics des ministres. » Mais la presse partagée dans cette affaire, laisse libre-court à la « vox populi » via les réactions sur ses sites. Un moyen d’éluder.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui