L'Agriculteur Charentais 28 juin 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Réseau internet : Toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort !

La Charente-Maritime fait figure de pionnier dans le câblage de tout le département en fibre optique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Autour de l’opérateur-constructeur Orange, Dominique Bussereau, Corinne Imbert, sénatrice de Beauvais sur Matha et Jean-Marie Roustit, conseiller départemental.
Autour de l’opérateur-constructeur Orange, Dominique Bussereau, Corinne Imbert, sénatrice de Beauvais sur Matha et Jean-Marie Roustit, conseiller départemental. - © AC

La devise télévisuelle sied au vaste chantier qu’a entrepris avec Orange le Conseil départemental : équiper tous les foyers de Charente-Maritime de la fibre optique d’ici 2022. Tous, cela veut dire aller jusque dans la ruralité et les maisons isolées, pour accéder plus rapidement au réseau internet pour le téléphone, la télé ou la toile. A des vitesses parfois multipliées par 80 à celles aujourd’hui desservies par les opérateurs. En inaugurant, lundi dernier, la «première armoire de connexion», nommé «point de mutualisation» (mais dans le jargon technique «sous-répartiteur optique») à Beauvais sur Matha, c’était de manière volontaire montrer du doigt les efforts entrepris depuis la signature de délégation de service public avec Orange de l’automne dernier. Le très haut débit en fibre optique s’installe dans le département.
«Le sous-répartiteur optique de Beauvais sur Matha est l’un des 7 sous-répartiteurs optiques qui sont rattachés au nœud de raccordement optique situé à Louzignac» explique Jean-Benoît Leclerc, directeur de Charente-Maritime très haut Débit (CMTHD), «il permettra de servir 383 logements et 12 entreprises en très haut débit.» Et d’égrener le «chantier» quasi industriel qu’a entrepris Orange  : le réseau, ce sont 61 nœuds de raccordement optique, plus de 700 répartiteurs que l’on souhaite «intégrer» dans le paysage urbain ou des villages. Objectif : connecter à la fibre les 270 000 logements, principalement ruraux. Puisque les grandes agglomérations de La Rochelle, Rochefort, Royan et Saintes ont choisi une autre approche pour connecter leur foyer à la fibre. Selon Jean-Marie Roustit, conseiller départemental en charge du dossier, «la mise en place des armoires montre que l’on est entré dans la phase concrète»  : «la fibre optique va placer les territoires ruraux à égalité avec les territoires urbains. Chose que nous n’avions pas avec la qualité de l’ADSL. La fibre optique va dynamiser l’emploi dans la ruralité.» Il va plus loin : «Certes on jouera plus vite. Les ados vont apprécier, mais la fibre a d’abord un aspect économique pour les entrepreneurs, les artisans, les agriculteurs. On pourra transmettre des données plus rapidement. Un géomètre pourra s’installer en pleine campagne et transmettre ses documents au notaire partout en France. Le télétravail sera facilité sans contrainte géographique.» La Charente-Maritime toujours «un peu en avance» sur ces équipements depuis l’avènement de la toile (en 2006) poursuit sa cadence en y mettant les moyens. Ce sont 211 M€ d’investissement et 115 M€ pour les raccordements. Orange met dans le pot 281 M€, les contributions publiques s’élèvent à 45,6 M€ dont l’Union européenne 14,5 M€, l’Etat 15,6 M€, Région 4,7 M€et le Département 10 M€.
Cette fibre, un fil de verre ou de plastique, va multiplier les «débits.» Selon Jean-Marie Roustit le débit minimum sera de 100 Mb/s au lieu de 0 à 30 Mb actuel avec l’ADSL. Toute cette fibre va être enterrée : 17 000 kms. Cette phase de construction des nœuds et des armoires va prendre environ un an où seront raccordés les logements couverts par la fibre dans la rue, puis dans un second temps de 6 mois à un an, on raccordera les logements où la fibre est dans l’immeuble ou depuis la route par voie aérienne. La liste du déploiement par communes est connue. (voir notre site internet www.agriculteur-charentais.fr). Jean-Marie Roustit souligne que le calendrier du «déploiement » est « un peu en avance» avec le délégataire, Orange. 2022 n’est donc pas si loin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui