L'Agriculteur Charentais 20 juin 2019 à 09h00 | Par Cyrielle Henrionnet

(Re)faire consommer du lapin

Gwenaël Moreau, président de la coopérative des éleveurs de lapins (CPLB) et éleveur lui-même à Saint-Jean-de-Liversay, parle de la production et de la consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © E.H.

Comment se porte la filière cunicole aujourd’hui ?
Gwenaël Moreau : Depuis deux ans, les prix de reprise des exploitations ont remonté et les éleveurs se portent mieux économiquement. Malgré cela, nous n’enregistrons pas de hausse de la consommation. Aujourd’hui, notre objectif est de réussir à la stabiliser, puis à l’accroître pour éviter une nouvelle baisse des ventes.

Comment expliquez-vous ce déclin ?
G.M. : Je pense qu’il y a une histoire de transmission du « savoir cuisiner ». Les jeunes générations pensent ne pas savoir cuisiner le lapin, alors qu’aujourd’hui, il est possible d’en faire à la plancha, en blanquette… Il y a aussi le regard sur la consommation de la viande qui a évolué, les associations antispécistes jouent un rôle important.

Lire la suite de l'interview dans l'édition du vendredi 21 juin 2019

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui