L'Agriculteur Charentais 24 juin 2019 à 10h00 | Par Terres Inovia

Quelles performances face au virus TuYV ?

Responsable de la jaunisse du colza, ce virus est l’une des menaces pesant sur la culture. Terres Inovia a enquêté sur le rendement des différentes variétés en sa présence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le puceron vert du pêcher, vecteur du virus TuYV.
Le puceron vert du pêcher, vecteur du virus TuYV. - © Terres Inovia

Terres Inovia a souhaité étudier l’impact de la présence du virus TuYV pouvant provoquer la jaunisse du colza sur les performances des variétés dans le réseau d’essais 2018. Pour cela, avec l’aide financière de l’UFS (Union Française des Semenciers) et l’aide opérationnelle des partenaires, l’institut a mesuré la présence du virus TuYV dans chaque essai de son réseau colza au printemps 2018 et a étudié la variation du rendement des essais et de chaque variété selon la présence de ce virus.
Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :
> Le virus est fréquemment présent au printemps 2018 (83 % de plantes infectées en moyenne) mais son intensité est variable entre essais (charge virale variant de 1 à 86 et en moyenne égale à 35).
> Malgré ce contexte, la performance rendement associé aux critères historiques du choix variétal (phoma, verse et élongation) doit rester le critère essentiel. Le bon comportement en présence du virus TuYV est un plus mais ne doit pas être le premier recherché.
> En cas de présence du virus TuYV dans les essais variétés 2018, on observe un bon comportement de certaines variétés. Cette observation concerne des variétés avec le gène de résistance partielle au TuYV mais également des variétés ne possédant pas ce gène. Pour ces dernières, d’autres mécanismes de résistance seraient en jeu.
> À l’échelle de l’essai variété, le rendement moyen n’a pas été impacté de façon significative par la présence du virus. Cela signifie que, malgré une nuisibilité estimée à 2,5 q/ha sur variété sensible, le colza est une culture capable de maintenir son potentiel grâce au progrès génétique et à la sélection au cours du temps des meilleures variétés en conditions de présence du virus.
> Le choix variétal en fonction de son contexte reste essentiel, l’interaction génétique/environnement expliquant 13 % de la variabilité des rendements dans cette étude. La maitrise de la conduite culturale est également primordiale car c’est une partie de l’effet environnement qui explique 73 % de la variabilité des rendements dans cette étude.

Le détail de cette étude est à retrouver en téléchargeant le fichier ci-dessous.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui