L'Agriculteur Charentais 24 octobre 2013 à 08h00 | Par technciens élevage Chambre d'agriculture

Pâturage d'automne - Pas de conséquence au printemps

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Plusieurs essais ont été menés en France pour mesurerles conséquences du pâturage d’automne sur lapousse de l'herbe au printemps suivant. Ils ont portésur des animaux dont le pâturage s’est prolongéjusqu’à la fin décembre, soit de plus d’un mois parrapport à un pâturage classique.Sur l’ensemble des sites expérimentaux, la productionfourragère au printemps suivant a étémaintenue. L‘utilisation des prairies en fin d’automnepeut cependant créer un décalage dans larepousse de l’herbe. Chaque semaine de pâturagesupplémentaire en novembre et en décembreentraîne ainsi une journée de retard au printemps.Ce décalage ne dépasse donc pas plus d’unesemaine. Les essais ont également analysé laproductivité des animaux : elle n’est pas pénalisée, etil n’y a pas non plus d’infestation parasitaire dans lesparcelles pâturées en automne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui