L'Agriculteur Charentais 18 juillet 2019 à 11h00 | Par Bernard Aumailley

Parc marin : surveiller la turbidité

Avis conforme pour le «Port Horizon 2025» du Grand port maritime de La Rochelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le port de La Rochelle va pouvoir agrandir ses installations.
Le port de La Rochelle va pouvoir agrandir ses installations. - © Grand port maritime de La Rochelle

Le conseil de gestion du Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, lors de sa réunion mi-juin à Rochefort, a donné un avis conforme sur le projet « Port Horizon 2025 » du Grand port maritime de La Rochelle. Est notamment concernée la demande d’autorisation environnementale. « Pour accueillir les navires de commerce, dont l’augmentation est croissante et régulière, et dans une perspective de développement et d’élargissement de son aire d’influence, le Grand port maritime de La Rochelle a élaboré le projet ‘‘Port Horizon 2025’’ », explique le communiqué. « Pour cela, il prévoit la construction d’un nouveau terminal sur Chef-de-Baie, la création d’un troisième terminal pour le site de l’Anse St-Marc, l’aménagement de 35 hectares de terre-pleins sur la zone de La Repentie et l’approfondissement des accès nautiques. » Face aux ‘‘incidences’’ possibles de ce projet, l’équipe du Parc naturel marin a produit une analyse technique approfondie basée sur l’étude du dossier. L’analyse a ciblé les dynamiques hydrosédimentaires et la qualité des sédiments, la qualité de l’eau, les habitats benthiques et pélagiques, les poissons et leurs zones fonctionnelles, l’avifaune et les mammifères marins. « Les différents éléments de cette expertise ont permis d’alimenter les débats en séance et les membres du conseil de gestion se sont prononcés pour rendre un avis conforme favorable assorti de réserves et de prescriptions. »
Les principales réserves et prescriptions portent sur un renforcement du dispositif d’alerte prévu par le Grand port maritime en cas de turbidité trop importante générée par les travaux de déroctage. « En effet, ces opérations peuvent provoquer des dépôts de particules fines sur les habitats et espèces et générer des effets négatifs ; il convient donc d’en maîtriser les niveaux. » Le conseil de gestion a également souhaité que des mesures complémentaires de suivi biologique soient réalisées après autorisation, sur les poissons en particulier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui