L'Agriculteur Charentais 20 décembre 2018 à 15h00 | Par Alexandre Veschini

Oreco doit faire face à une demande croissante de stockage

Malgré des investissements conséquents, la société spécialisée dans le stockage et le vieillissement doit encore faire face à un afflux important d’eaux-de-vie à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le président du conseil d’administration, Jean-Daniel Fougère, a détaillé la construction des nouveaux chais dont les mises en services auront lieu dans les prochains mois.
Le président du conseil d’administration, Jean-Daniel Fougère, a détaillé la construction des nouveaux chais dont les mises en services auront lieu dans les prochains mois. - © VC

Fondée en 1932, Oreco s’est imposée comme une solution privilégiée pour l’amélioration des conditions de stockage, à l’allongement de la durée du vieillissement. L’activité d’Oreco connaît une forte croissance cette année encore sur le stockage des eaux-de-vie avec une hausse conséquente des volumes au 30 juin de cette année avec 1,312 million d’hectolitres volume contre 1,234 million hl volume un an plus tôt. Les eaux-de-vie de Cognac représentent 99,96 % de cette activité, avec 10 325 lots, propriétés de 1 513 déposants. Oreco représente environ 20 % du volume de stockage total des eaux-de-vie de Cognac sur l’ensemble du bassin producteur.
Les investissements ne traînent pas et une partie de l’activité des mois précédents a consisté en l’organisation des dispositifs de stockage. Le président du conseil d’administration Jean-Daniel Fougère a détaillé les mouvements sur l’outil : « Trois nouveaux chais de 40 000 hl volume ont été réceptionnés en juillet, décembre 2017 et janvier 2018 sur le site de Merpins-Bellevue. En revanche, le site du Mas d’Usson avec 42 000 hl volume a été cédé en novembre 2017. Le site de la Pierre Levée a été cédé en avril 2 018 mais reste exploité par Oreco jusqu’à la fin de l’année », détaille-il. L’opération permet à Oreco de ramener 98,9 % du stock dans ses sites propres dont 82,4 à Merpins.
À noter que la société disposait au 30 juin d’une capacité de stockage de 1,452 million hl volume, dont 80,6 % en fûts, le reste en tonneau soit 918 880 hl volume. 73 157 hl volume en cuves inox sont destinées à la réception et à l’expédition des eaux-de-vie et au stockage des eaux-de-vie de la réserve climatique.

Le stock d’Oreco progresse

Le taux de remplissage devrait dépasser les 90 % dès l’année prochaine. « Malgré la réception de trois chais et d’un autre en août dernier, le taux de remplissage reste élevé pour atteindre un record de 82 % au 1er octobre 2018 avec plus de 89 % pour les seuls fûts » a précisé le président du conseil d’administration. « Le stock régional a plutôt baissé tandis que le stock Oreco a progressé », constate Jean-Daniel Fougère. Il précise : « La gestion des déménagements en cours a bien entendu un impact significatif sur le taux de remplissage mais nous poursuivons également le programme de construction conformément aux demandes formelles de nos donneurs d’ordres. » Il indique ainsi que le chai n° 30, initialement prévu au printemps 2019 a été avancé pour pallier une forte demande liée à une récolte 2 018 meilleure que prévue. « Sa mise en service pourrait être avancée au 1er mars 2019 si les entreprises ne sont pas bloquées par les intempéries hivernales. » Trois chais, dont le n° 30, vont être construits sur la parcelle mitoyenne au site actuel. L’achat d’une seconde parcelle de 1,2 ha devrait être conclu fin 2018. « L’acte d’achat du terrain de 10 hectares à Châteaubernard sera signé avant la fin de l’année sous réserve de l’obtention du certificat d’urbanisme opérationnel demandé le 21 août 2018. Cette importante réserve permettra à moyen ou long terme l’ouverture d’un nouveau site d’une capacité d’une dizaine de chais ».
Sur l’origine des dépôts d’eaux-de-vie de Cognac, il est intéressant de noter qu’ils sont en forte progression, de 5 754 dépôts l’an dernier à 6 855 pour l’exercice achevé. La plus forte progression vient de la branche « négociants, marchands en gros et bouilleurs de profession » avec une hausse de plus de 10 %. Ils représentent 83,1 % du stock global. « Il y a encore une dizaine d’années, la proportion était différente avec une forte propension de bouilleurs de crus et de coopératives », conclut Jean-Daniel Fougère.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui