L'Agriculteur Charentais 20 août 2019 à 10h00 | Par Caroline Tronche

Marque Parc : l’aboutissement de trois ans de travail

Le Parc naturel régional du Marais poitevin a lancé sa marque « Valeurs Parc Naturel Régional » début juillet à L’Aiguillon-sur-Mer (85). C’est un nouvel outil de valorisation pour les éleveurs bovins du territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Parc naturel régional du Marais poitevin a lancé sa marque « Valeurs Parc Naturel Régional » début juillet à L’Aiguillon-sur-Mer (85). C’est un nouvel outil de valorisation pour les éleveurs bovins du territoire.
Le Parc naturel régional du Marais poitevin a lancé sa marque « Valeurs Parc Naturel Régional » début juillet à L’Aiguillon-sur-Mer (85). C’est un nouvel outil de valorisation pour les éleveurs bovins du territoire. - © VA

« Ce n’est pas l’unique dossier en cours, mais celui-ci nous a demandé beaucoup de temps, beaucoup de travail... Et bien sûr quelques doutes et soucis ! » Xavier Garreau, membre du bureau du Parc naturel régional du Marais poitevin, est un élu heureux. Vendredi 5 juin, il a participé au lancement de la marque « Valeurs Parc Naturel Régional » par le PNR. Une reconnaissance officielle des efforts fournis par l’ensemble des acteurs de ce territoire réparti entre la Vendée, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime. « Pour le Marais poitevin, on va trouver dans un premier temps de la viande bovine, du miel, du savon ou encore des locations saisonnières avec cette marque » détaille l’agriculteur.
Une liste hétéroclite, avec cependant un point commun : tous s’appuient sur des valeurs de développement durable. Un réel souci de protection de l’environnement local, auquel s’ajoutent des éléments liés au social et à l’économie, le tout consigné dans un cahier des charges assez strict. « Et ce qui n’est pas compris mais qui me tient aussi à cœur, ajoute Xavier Garreau, c’est l’image du Marais poitevin qui rayonne à travers cette marque. En France évidemment, mais aussi en Europe. »

Une valorisation très attendue

Un dossier qui a demandé un véritable investissement humain. « Trois ans de travail ont été nécessaires, depuis notre visite du PNR de Brière, en Loire-Atlantique » se souvient l’élu. Il a notamment fallu élaborer un cahier des charges adapté à chaque production, qui corresponde à la réalité du terrain pour les éleveurs. Puis mettre en place les contrats. Fixer les prix de vente. Ou encore trouver les lieux de commercialisation.
« Ça n’a pas été vraiment compliqué de convaincre les agriculteurs de l’intérêt de cette marque, nous avons rapidement reçu un bon accueil, reconnaît Xavier Garreau. La valorisation de la production est très attendue dans le Marais, car c’est un milieu compliqué, plutôt défavorisé. »
Quarante-quatre éleveurs du Marais poitevin, répartis sur les trois départements, sont à ce jour engagés dans la marque « Valeurs Parc Naturel Régional ». L’idée étant maintenant de mener de front la commercialisation des produits, et le marquage des éleveurs. « On ne veut pas vendre du rêve en engageant plus d’éleveurs dans la démarche que nous n’avons de capacité d’écouler la production. Si un agriculteur est marqué, c’est qu’on sait que la distribution en bout de chaîne est possible. »
D’où l’urgence aujourd’hui de démarcher de nouveaux points de vente. Pour la viande bovine, le Super U de L’Aiguillon-sur-Mer a été le premier à y croire, et à distribuer la production.

Premier point de vente, premiers éloges

« Jusqu’à vendredi, je n’avais jamais entendu un chef boucher parler comme ça de la viande qu’il vendait, il met énormément le produit en avant » ajoute celui qui est aussi président de section à la FDSEA 85. À quoi s’ajoutent boucherie traditionnelle, deux restaurants (à Sainte-Gemme-la-Plaine et Coulon) et de la restauration collective.
Quant à l’avenir, d’autres produits sont à l’étude pour recevoir cette marque « Valeurs Parc Naturel Régional »… Et fait même quelques émules. Des demandes pour l’agneau et la volaille ont par exemple été reçues. « On ne ferme pas la porte, explique Xavier Garreau, mais ce sont des filières déjà très bien organisées. Et il y a moins d’ovins ou de volailles, que de bovins dans le Marais poitevin. »
L’avenir de la marque « Valeurs Parc Naturel Régional » est donc encore en construction, et se distingue des autres PNR concernés par la démarche. « Ici, pour la viande, c’est la filière entière qui est concernée. Nous travaillons avec l’ensemble des acteurs, de l’agriculteur au consommateur, en passant par le transport des animaux, le tri, l’abattage que nous avons eu à cœur de réaliser au plus près des exploitations pour concourir au bien-être animal. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui