L'Agriculteur Charentais 06 juin 2019 à 13h00 | Par BA

Marais Brouage : l'éparpillement des propriétaires de marais nuit à son développement

Dans la reconquête de ce marais, les propriétaires jouent un rôle essentiel. Pour peu que l’on puisse collectivement agir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La création de cette association foncière pastorale est un des outils de préservation et de valorisation du marais, mis en place dans le cadre du Grand projet du marais de Brouage.
La création de cette association foncière pastorale est un des outils de préservation et de valorisation du marais, mis en place dans le cadre du Grand projet du marais de Brouage. - © AC

Des lustres que l’idée de dynamiser les marais, même après le relookage des syndicats éponymes était dans l’air. Sous la houlette de l’ancien professeur d’université en droit rural et éleveur, Jean-Marie Gillardeau, dans la perspective de trouver une bonne adéquation entre occupation des marais et économie, il a inventé «l’association foncière pastorale des marais de Brouage.» «C’est la première structure de ce type créée en zone humide» déclare-t-il. «Elle regroupe l’ensemble des propriétaires de prairies situés dans le périmètre de l’Union des marais de Brouage.» Son but : «chargée de contribuer au maintien de l’activité d’élevage et par ricochet lutter contre le développement des friches et la désertification progressive du territoire.»
Ce n’est pas au spécialiste du droit rural que l’on fait la leçon ni l’historique des associations foncières pastorales. Connues en montagne, voire en forêt, elles n’existaient pas encore en marais.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 7 juin 2019

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui