L'Agriculteur Charentais 09 août 2019 à 09h00 | Par Arvalis - Institut du végétal

Maïs Fourrage : vers une récolte début septembre

Si dans certaines régions de l'Est et dans le Val-de-Loire la récolte débutera dans les prochains jours, Arvalis estime qu'il faudra attendre entre le 5 et le 9 septembre en Charente-Maritime. Mais le stress hydrique pourrait avancer ces dates.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis

La carte ci-dessus, établie le 7 août par Arvalis, donne une estimation de la date des récoltes pour les secteurs de culture du maïs fourrage. Pour chaque « région », les experts d'Arvalis ont défini le groupe de précocité dominant et la date médiane des semis en 2019. Avec les données météo de l'année en cours et les données statistiques sur les semaines à venir, il est possible de prévoir une période à laquelle le stade optimal de récolte, 32-33 % de matière sèche plante entière, sera atteint. Cette prévision est régulièrement mise à jour pour prendre en compte le climat de l'année. Afin d'étaler la période de chantier, et pour éviter les récoltes tardives à taux de matière sèche trop élevé, la carte propose une période de début de récolte par région.
Par rapport à la précédente, cette carte prend en compte les températures relevées depuis le 25 juillet. En conditions d'alimentation en eau proches de la normale, les premières récoltes auront lieu avant le 20 août.

Stress hydrique : quant faut-il ensiler ?

Dans la plupart des régions, le manque de pluie, associé aux fortes températures de fin juillet, a provoqué des stress hydriques importants, notamment dans les sols moins profonds. 
Sur ces maïs, la partie « tiges + feuilles » se dessèche et la production de grains peut être très affectée. La décision d'ensiler est parfois délicate à prendre. Arvalis conseille donc de diagnostiquer avec soin la situation, en observant le nombre de grains viables par m², l'état d'avancement du grain et en repérant les cas de maïs sans épi. Les détails sont à retrouver ici.

Visiter les parcelles pour vérifier l'évolution des maïs

Aujourd'hui, il revient à chaque éleveur de vérifier l'évolution de ses maïs par les méthodes habituelles (observation de l'état des plantes, de la maturité des grains). Les chantiers se déroulant sur environ un mois, Arvalis recommande de commencer les récoltes suffisamment tôt (dans le calendrier) pour ne pas les finir à des taux de matière sèche trop élevés.
Trois à quatre semaines après la floraison femelle, une première observation au champ doit être réalisée. A l'apparition de la lentille vitreuse (dépression au sommet du grain sur les variétés dentées) sur la majorité des grains, on se situe autour de 25-26 % de MS plante entière pour des maïs à bon gabarit, encore bien verts. Mais on sera déjà autour de 27-29% MS. pour des maïs à gabarit moyen, avec des feuilles qui commencent à dessécher.
À partir de ce stade, il faut en moyenne 150 degrés-jours, base 6-30°C, pour atteindre le stade optimal pour la récolte fourrage, 32-33% MS plante entière. Cela correspond à une durée comprise entre 15 et 25 jours, selon la région et les conditions climatiques. Attention, en situation de fort stress hydrique l'évolution du taux de matière sèche du maïs peut être très rapide.

- © Arvalis

Repérer la maturation des grains

L'amidon dans les grains est présent (successivement et en même temps) sous trois formes : amidon laiteux, liquide blanc ; amidon farineux, de texture pâteuse, jaune clair ; et amidon vitreux, difficilement rayable à l'ongle, jaune brillant.
L'observation se fait sur plusieurs épis successifs, en évitant les bordures de parcelles, sur les grains des couronnes centrales. En conditions normales de végétation, à la période optimale de récolte, les 3 amidons sont répartis en 3 tiers dans les grains de la couronne centrale de l'épi.
La valeur issue de l'observation des grains doit être pondérée par l'état de la partie « tige et feuilles » et par le développement des épis. Un appareil végétatif fort développé, vert, luxuriant, oblige à baisser la valeur issue de l'observation des grains, à l'inverse d'un appareil végétatif peu développé et/ou desséché qui amène de la maturité.
Plus le nombre de grains par m² est élevé, plus la donnée issue de l'observation du grain est fiable.

Évolution du % de Matière Sèche en fonction des conditions météo : (températures en base 6)
- Entre 25 et 30% MS : besoin de 23 à 25°jour pour 1 point de MS (2 à 4 jours en septembre)
- Entre 30 et 35% MS : besoin de 19 à 21°jour pour 1 point de MS (1.5 à 3 jours en septembre)
En conditions de déficit hydrique, compter 16 à 18° jour pour 1 point de MS (au-delà de 25% MS)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui