L'Agriculteur Charentais 22 février 2018 à 09h00 | Par Fabienne Lebon

Les Vins charentais alléchés par la démarche SME à la bordelaise

Le Système de management environnemental, démarche de développement durable fait des émules.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Jullion, président du syndicat, entre ses deux animatrices  : Chloé Imbert, chargée de communication (à gauche) ; Julie Fouassier, nouvelle responsable technique (à droite).
Thierry Jullion, président du syndicat, entre ses deux animatrices  : Chloé Imbert, chargée de communication (à gauche) ; Julie Fouassier, nouvelle responsable technique (à droite). - © VC

Le projet était en gestation depuis un an ; il pourrait accoucher prochainement sur la création d’un premier groupe de vignerons charentais prêts à s’engager dans une démarche environnementale, type SME (Système de management environnemental).
Pour cela, deux animatrices de groupes et un vigneron d’Abzac (33) certifié, Laurent Rousseau, sont venus le 12 février à Cognac faire partager leur expérience, devant une dizaine d’adhérents du syndicat des Vins Charentais. « Si nous nous lançons dans ce challenge, la démarche SME sera portée par notre syndicat, et non pas par une association comme c’est le cas dans le Bordelais. Ce sera d’ailleurs la première fois qu’un syndicat sera certifié SME », annonce Thierry Jullion, président des Vins Charentais que l’on sent déjà tenté par l’expérience. Mais avant d’en arriver là, il faut trouver d’autres volontaires. C’était l’objectif de la réunion qui a eu lieu lundi dernier au BNIC.
Thierry Jullion en a reprécisé le contexte : «Les producteurs de Vins charentais sont souvent en parallèle producteurs de cognac et de pineau. Dans la région délimitée, le BNIC a conçu un référentiel de viticulture durable qui permet d’évoluer vers la certification HVE (Haute valeur environnementale) de niveau 1, 2 ou 3. Celle de la SME viendrait en complément et ouvre la porte, cette fois, à la norme Iso 14 001. » De quoi y perdre son latin ? Pas pour Laurent Rousseau, vendeur direct qui multiplie les démarches environnementales entre agriculture raisonnée, Terra Vitis, HVE et SME. L’objectif de cette dernière : «Toujours s’améliorer», explique Sophie Delemazure, consultante d’un cabinet, chargé d’accompagner les groupes de vignerons bordelais dans cette démarche volontaire et collective.

Exemplarité verte


En ce qui concerne les Vins charentais, une technicienne ODG nouvellement recrutée (Julie Fouassier) sera chargée de mener à bien cette mission en faveur du développement durable. Ce qu’on a aussi appelé «l’exemplarité verte» au cours de cette réunion de lancement, qui devrait être suivie d’autres.
En attendant, un premier viticulteur charentais a déjà officialisé son adhésion à la démarche, lundi dernier. «J’étais déjà à l’initiative de la mise en place de notre groupe de travail en janvier 2017, a dévoilé Jean-Jacques Biteau, l’un des responsables du syndicat. Le voyage d’étude à Buzet a fini de me convaincre, quand les vignerons du cru ont expliqué leur renaissance grâce à leur évolution vers une viticulture vertueuse et reconnue».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui