L'Agriculteur Charentais 03 janvier 2019 à 09h00 | Par Pascal Berteau

Les éleveurs endossent le rôle de classificateurs

Des éleveurs se sont formés à la classification en vif et en carcasses des bovins. Exercice en salle et mise en pratique dans l’abattoir de Surgères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La journée a permis aux éleveurs de prendre conscience de la disparité des qualités des animaux en termes de conformation et de finition.
La journée a permis aux éleveurs de prendre conscience de la disparité des qualités des animaux en termes de conformation et de finition. - © PB

Dans le cadre de son programme de formations, la FNSEA17 en partenariat avec Interbev Nouvelle Aquitaine, Normabev et France Agrimer a organisé une journée, à la mi-décembre, sur la classification en vif et en carcasse des bovins. C’est l’abattoir de Surgères dirigée par Nicolas Joyet qui a accueilli les douze agriculteurs venus se perfectionner. L’objectif principal visait avant tout à ce que les participants prennent conscience de l’importance de produire des carcasses dont la finition corresponde parfaitement à la demande du boucher ou du consommateur. Trois formateurs sont intervenus par rapport à leurs spécificités : Jean-François Decou de France Agrimer sur le côté théorique du classement en vif et en carcasse, Aurélien Gabard, technicien Normabev  a présenté le rôle et les missions de Normabev qui gère tout le suivi et la formation des compétences des classificateurs, vérifie le bon fonctionnement et l’harmonisation des machines à classer, la circulation des informations d’abattage et le règlement des litiges entre les opérateurs.   Anne-Claire Augereau, directrice d’Interbev Nouvelle Aquitaine a complété en présentant le site interprofessionnel d’interbev sur lequel les éleveurs peuvent accéder, sous les 24 heures, aux résultats d’abattage mais également prendre connaissance des éventuelles saisies avec des recours possibles en cas de désaccord.
Chaque agriculteur a pu classer un panel d’animaux de toute race et conformation en vif. Ensuite, se sont enchaînés la visite de la chaîne d’abattage et de l’atelier de découpe avec toutes les explications réglementaires de Mickaël Fumeron, responsable du site d’abattage. Les éleveurs se sont retrouvés dans les frigos pour classer les dix carcasses du matin à l’aveugle. La comparaison des résultats en fin de journée a permis aux agriculteurs de prendre conscience de la disparité des qualités des animaux en termes de conformation et de finition.
Les réponses du questionnaire de satisfaction rempli en fin de journée par les participants démontrent toute la pertinence de ce type de formation avec un juste équilibre entre l’information en salle et la formation pratique. Le mot de la fin revient à un éleveur présent encourageant tous les éleveurs à s’inscrire aux futures journées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui