L'Agriculteur Charentais 20 décembre 2018 à 15h00 | Par Fabienne Lebon

Les couverts végétaux «multi-services»

Le colloque technique et scientifique sur les couverts végétaux, a listé toutes les opportunités qu’offrent ces cultures intermédiaires dites multi-services. Et la liste est longue...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisateurs du colloque, avec, de gauche à droite, Philippe Taillecours, proviseur du campus agricole de la Charente, Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d’agriculture, Jean-Jacques Chabosseau, président du centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers et Daniel Peyraube, président régional de l’Institut technique agricole Acta.
Les organisateurs du colloque, avec, de gauche à droite, Philippe Taillecours, proviseur du campus agricole de la Charente, Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d’agriculture, Jean-Jacques Chabosseau, président du centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers et Daniel Peyraube, président régional de l’Institut technique agricole Acta. - © VC

Pour planter le décor de chaque colloque régional, la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine demande à des étudiants de mener au préalable une enquête en lien avec la thématique, auprès d’agriculteurs et de conseillers agricoles. C’est la mission qui a été confiée aux 13 étudiants de deuxième année en BTS Acse (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), encadrés par leur professeure d’agronomie, Corinne Guerlesquin. Ils ont été chargés de sonder la perception et la connaissance qu’ont les agriculteurs et leur entourage professionnel des couverts végétaux. Et c’est là qu’on mesure tout le chemin parcouru par l’agriculture ces dernières années… En effet, à l’origine, les couverts végétaux étaient plutôt considérés comme une contrainte réglementaire. Aujourd’hui, retournement de situation : on n’hésite plus à les qualifier de cultures multi-services. D’où la création du nouvel acronyme «CIMV» (Cultures intermédiaires multi-services). Comme exercice pédagogique supplémentaire, les élèves de Terminale STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) de Corinne Guerlesquin ont listé douze opportunités introduites par les couverts végétaux, parmi lesquelles : restructurer le sol, fournir le gîte et le couvert aux pollinisateurs, concurrencer les mauvaises herbes, préserver la qualité de l’eau et son «capital sol», produire son engrais…

Toutes les productions concernées

La Chambre régionale ne s’y est pas trompée et Dominique Graciet, son président, rappelle aussi tout l’intérêt de pratiquer ces couverts dans le contexte de «verdissement de la Pac». D’autant que toutes les productions s’y sont mises : de la viticulture, aux grandes culteurs en passant par l’élevage, où les producteurs ont compris toutes les opportunités de ressources fourragères. L’agriculture de demain et «la valorisation économique», autre aspect fortement souligné par Dominique Graciet, ne sont pas oubliées non plus via la production de biomasse pour l’alimentation et d’énergie.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
600 000
C'est la surface, en ha, de maïs (toutes variétés confondues) en Nouvelle-Aquitaine. La région cultive environ 30 % du maïs français. La Charente-Maritime est au 3ème rang régional, derrière les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui