L'Agriculteur Charentais 11 février 2020 à 11h00 | Par Chloé Poitau

Les couverts végétaux au service du troupeau

Économie de fourrage, bonne santé des animaux : la technique des couverts végétaux, pilier de l’agriculture de conservation des sols (ACS), offre de multiples avantages pour l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mathieu envisage de tester les couverts relais, une technique suisse qui consiste à planter deux catégories de plantes dans le couvert en un seul semis afin d’avoir des espèces capables de continuer leur croissance pendant la saison hivernale suite au pâturage d’automne.
Mathieu envisage de tester les couverts relais, une technique suisse qui consiste à planter deux catégories de plantes dans le couvert en un seul semis afin d’avoir des espèces capables de continuer leur croissance pendant la saison hivernale suite au pâturage d’automne. - © Agri79

L’agriculture de conservation des sols (ACS), Mathieu Clochard s’y est mis progressivement.
Après un automne 2012 pluvieux, à Terves, près de Bressuire (79) l’éleveur de brebis et de vaches allaitantes décide d’arrêter le labour pour limiter l’érosion. Deux ans plus tôt, il avait débuté les couverts d’été pour faire pâturer ses bêtes, sous le regard crédule de ses parents, en Gaec avec lui.
À force de tests, de ratages et d’observation, Mathieu note deux conditions principales de réussite : des mélanges d’une dizaine d’espèces au total (radis, vesces, tournesols, navets…) afin qu’un maximum d’espèces puissent se développer, et un délai de semis après moisson le plus court possible, avec le moins de perturbation du sol, afin d’éviter l’assèchement de l’humidité résiduelle. « Idéalement, le semis doit être réalisé dans les 24h après récolte (48h max), puis tout s’enchaîne dans une ambiance marathon : le rouleau pour favoriser le contact terre/graines et l’épandage de fumier dans la semaine afin de ne jamais laisser le sol nu. » Le fumier crée un film qui protège et nourrit la vie du sol (vers de terre ,mycorhizes, bactéries…) tout en fertilisant le couvert et les cultures suivantes, puis le couvert se développe et crée un micro-climat au sein de la parcelle. La terre est de fait moins chaude sous le couvert qu’une terre nue voire déchaumée.

Les atouts du pâturage

Outre des bénéfices pour le sol (meilleure structure, drainage et rétention de l’eau, concurrence aux adventices...), l’ACS permet aux animaux du Gaec de s’alimenter en vert beaucoup plus loin dans l’année. « De mi-septembre à mi-novembre, nous faisons pâturer les couverts de manière dynamique, c’est à dire en faisant des paddocks de 25 ares où les 100-150 brebis sont laissées pendant 24 à 48h, suivant la biomasse. Cette rotation permet d’orienter les brebis sur la parcelle de façon à optimiser la fertilité du sol et permet aussi de faire consommer tout le couvert par les ruminants, y compris bovins, sans triage des espèces, explique Mathieu. Autre atout : la diminution du rapport massique carbone/azote (C/N), grâce à la prédigestion du couvert par les animaux, qui évite les fins d’azote sur la culture suivante. »
S’appuyant sur des études du Ciirpo, l’éleveur liste aussi les points forts pour les bêtes : leur note d’état corporel augmente, leur taux de reproduction également (près de 80 % de brebis pleines sur un cycle de chaleur) ainsi que le nombre de petits par mère. Les parasites et maladies sont aussi limitées du fait que les parcelles ne sont pas souvent pâturées (96 % des brebis ne présentent pas de boiteries à la sorties des couverts), les ravageurs et maladies sont éloignées de la culture par le piétinement des animaux. « Le coût d’un couvert d’été se situe entre 100 et 110 euros semis compris, et le retour sur investissement se situe lorsqu’il produit entre 1t et 1,2t de matière sèche, estime l’éleveur tervais. L’économie de fourrage et les performances du troupeau (environ 0.1 à 0.2 de productivité par brebis selon l’éleveur) aident à avoir ce seuil de rentabilité assez bas. »

Se passer de l’ensilage

Formé à l’ACS grâce au groupe GIEE Sol Vivant et à des communautés whatsapp dédiées, Mathieu fait partie des 4 % d’agriculteurs français convaincus par la démarche. « J’y passe du temps mais je suis gagnant. 2019 par exemple n’a pas été très bonne en termes de couverts d’été, mais nous avons dégagé deux à trois tonnes de matière sèche. Pas besoin de fourrage pendant six semaines, c’est une belle économie de réalisée. Pas de travail du sol non plus, donc nous diminuons les coûts de mécanisation. Nous limitons également l’utilisation de chimie, même si je ne peux pas m’en passer complètement. » L’année dernière, l’agriculteur a témoigné de son expérience auprès des adhérents de sa coopérative et les a invités à essayer aussi les couverts d’hiver (triticale, seigle, pois, vesces, fèveroles, trèfles annuels…), semés fin septembre et récoltés au printemps . Pour le moment ce méteil est récolté en ensilage. À terme, il sera pâturé fin d’hiver/début de printemps par les agneaux et brebis afin de préserver la structure du sol et de faire profiter les cultures de printemps des bienfaits du pâturage. Affaire à suivre !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui