L'Agriculteur Charentais 29 juillet 2019 à 14h00 | Par Bernard Aumailley

Les agriculteurs décident seuls la modération

Alors que les périodes de sécheresses se succèdent, le monde agricole met en place l’auto-limitation afin de préserver la ressource.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors que les périodes de sécheresses se succèdent, le monde agricole met en place l’auto-limitation afin de préserver la ressource.
Alors que les périodes de sécheresses se succèdent, le monde agricole met en place l’auto-limitation afin de préserver la ressource. - © AC

Un communiqué de presse de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime, aussi organisme unique de gestion de l’eau, annonçait mercredi les agriculteurs de Charente-Maritime prennaient des mesures d’auto limitation de leur prélèvement en eau « pour diminuer l’impact de l’irrigation sur le milieu ». L’explication est claire : « face à la situation climatique actuelle et à l’état des cours d’eau sur la Charente, les irrigants des bassins versants des affluents du fleuve Charente s’organisent pour limiter l’impact de leur activité sur l’état du milieu. » Précédant ainsi des mesures de restrictions que les arrêtés cadre auraient indubitablement, cette auto-limitation veut « prendre les devants en proposant des limitations horaires des prélèvements d’eau. »
Donc, depuis mercredi, sur les bassins de la Boutonne, la Seugne, l’Antenne Rouzille, l’Arnoult et Gères Devise (affluents de la Charente), l’irrigation a été interrompue tous les jours entre 12 h et 18 h. « Cette proposition sera transformée en arrêté préfectoral. Cette gestion collective, relayée par la Chambre d’agriculture, doit permettre de ralentir la détérioration de l’état du milieu. » Sur le nord du département (bassin du Curé), l’Établissement public du Marais Poitevin, la Chambre d’agriculture et les représentants des irrigants ont également mis en place une auto-gestion  avec une diminution de volume à la semaine de 25 % depuis le 8 juillet.

Cinq priorités

Situation qui a préoccupé aussi les acteurs de l’eau dans la région Nouvelle-Aquitaine. En même temps qu’arrivent les premières restrictions sur un grand nombre de départements, avec la faiblesse du rechargement hivernal 2018-2019, dans la lignée des assises de l’eau, la Région veut décliner son pacte « pour faire face au changement climatique » sur les territoires. Difficultés climatiques qui augurent des difficuiltés économiques. « Nos concitoyens ne mesurent pas encore la gravité des déficits en eau annoncés à échéance de 2050. On parle d’un déficit qui atteindrait 50 % de la consommation actuelle, soit 1,2 milliard de mètres cube », communique abondamment la Région.
Autour de la table, l’État, le Comité de Bassin Adour-Garonne et les Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie se sont engagés à « soutenir une stratégie pour la gestion de l’eau » dans le grand sud-ouest. Cinq priorités sont envisagées : accompagner un plan d’économies d’eau dans ses différents usages ; développer les mesures fondées sur la nature comme la restauration de zones humides, la végétalisation des villes ou la plantation de haies ; optimiser les ressources existantes et mobiliser de nouvelles ressources pour sécuriser les différents usages, notamment en périodes d’étiages ; soutenir l’émergence de nouvelles filières en s’appuyant sur les acquis de la recherche et des bonnes pratiques et enfin lutter activement contre l’artificialisation et l’érosion des sols. « Ces priorités ne sont pas exclusives mais constituent des mesures qui ont un effet de levier important pour apporter une réponse au déficit en eau du bassin actuel et futur. »

Un groupe de travail dédié

Le Comité de Bassin a acté, en début de semaine, la mise en place d’un groupe de travail qui aura en charge de déterminer l’ensemble des actions à mettre en œuvre pour les 6 sous bassins et les quantifier « afin de garantir la ressource en eau et le bon état des rivières dans une perspective 2050. » Il rendra ses conclusions en décembre lors d’une prochaine séance du Comité de Bassin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C'est le nombre d'exploitations produisant des céréales à paille en Nouvelle-Aquitaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui