L'Agriculteur Charentais 17 avril 2014 à 10h22 | Par Bernard Aumailley

Léa Nature - La force d’une R&D «naturelle»

Lorsque quelques ingrédients inventent une ligne de cosmétiques

Abonnez-vous Réagir Imprimer
35 personnes travaillent dans les laboratoires de Léa Nature sur les cosmétiques.
35 personnes travaillent dans les laboratoires de Léa Nature sur les cosmétiques. - © AC

L’entreprise rochelaise a depuis longtemps, 18 ans, trouvé son créneau : les produits naturels tant en transformant pour l’alimentation bio en GMS que pour des produits cosmétiques. Il y a deux ans, l’eau thermale de Jonzac était commercialisée par leurs soins. Il faut dire qu’au sein de la vaste entreprise dirigée par Charles Kloboukoff l’innovation est devenue une ligne de conduite, pour les 800 salariés, avec un bon marketing des produits ciblés. Depuis 5 ans, la croissance du groupe n’était «que» de 5 . L’an dernier, bond en avant avec 11 . Et on espère mieux en 2014. Après la création d’un pôle frais en  2010,  Bioléa, avec les marques Bio par cœur, Kambio et Vitamont (produits traiteurs et jus de fruits), Léa Nature avait boosté la croissance de ce secteur jusqu’à 20 . 6,5 M€ de chiffre d’affaires sur ce segment. Si le groupe a retrouvé le chemin des marges grâce en partie à la croissance de ce secteur, il ne perd pas de vue l’innovation dans un autre domaine : la cosmétique. Si le marché intérieur est la priorité de Léa Nature, qui veut passer de 137 M€ de chiffre d’affaires en 2013 à 350 M€ d’ici 2018, il parle de «croissance externe» : «nous voulons consolider le traiteur, les jus et boissons, et les plantes et légumes. Nous voulons aussi structurer notre pôle nutrition, et c’est dans cet esprit que nous avons repris 70 du capital d’Alpha nutrition, qui est spécialisé dans les produits sans gluten» détaille Charles Kloboukoff. Mais la cosmétique est en arrière-plan. Une équipe de «sourcing» et un laboratoire de recherche sont insérés dans Léa Nature. Ils viennent de concevoir une nouvelle gamme de cosmétique «Ile de Ré», entièrement fondée sur des produits «naturels» de l’île. Deux ans de mise au point à force de tests, de mélanges, d’assemblages de mixture cosmétiques : «la formulation et la fabrication de cette nouvelle gamme sont 100 locales dont 99 sont des ingrédients d’origine naturelle, 100 fabriqués en Charente-Maritime.»

Lire la suite dans notre éditiion du 18 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui