L'Agriculteur Charentais 07 novembre 2019 à 11h00 | Par Kévin Brancaleoni

« Le trait d'union entre le champ et l'assiette »

Depuis son entrepôt de Rochefort, Pons Primeurs assure le ramassage et la distribution de fruits et légumes pour une soixantaine d'exploitations du département et des alentours. La société ambitionne de renforcer son approvisionnement local.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pons Primeurs voit son activité comme complémentaire de celle des agriculteurs : « leur travail, c'est de produire, et nous on distribue les produits en local », explique Nicolas Rivoalen.
Pons Primeurs voit son activité comme complémentaire de celle des agriculteurs : « leur travail, c'est de produire, et nous on distribue les produits en local », explique Nicolas Rivoalen. - © AC

Installée au nord de Rochefort, sur la zone d'activité adjacente à l'hôpital et à l'autoroute, la société Pons Primeurs est une « plateforme multifrais », selon les mots de son directeur adjoint Nicolas Rivoalen. « On fait l'intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs », qu'il s'agisse de collectivités, de restauration hors domicile, grandes et moyennes surfaces ou même de marchés et spécialistes primeurs, explique le directeur, Philippe Parnaudeau. Pour fournir toute cette clientèle et ses horaires très variables, l'entrepôt de Rochefort, où travaillent trois équipes, reste ouvert en continu, à l'exception d'un bref répit du samedi 18h au dimanche 16h.
Les produits locaux, venus d'un secteur de 80 à 100 km autour du dépôt, représentent aujourd'hui 30% des produits origine France distribués par Pons Primeurs. « La politique d'achat est celle de l'escargot, détaille Nicolas Rivoalen : on achète un maximum à proximité, puis on agrandit les recherches pour répondre aux demandes de nos clients. Depuis trois ans que nous sommes installés ici, nous avons mis en place des partenariats avec des producteurs locaux. » Ils sont une soixantaine en tout sur le secteur couvert par la plateforme : Charente-Maritime, nord-est de la Charente et sud des Deux-Sèvres. Pons Primeurs cherche à valoriser l'origine locale de ces produits à travers une marque lancée fin 2017, ''Sélection Poitou-Charentes'', « pour promouvoir le travail de nos producteurs et identifier le produit chez nos clients finaux ». « Ça rassure à la fois le producteur et le consommateur », assure Philippe Parnaudeau. « Avoir un colis uniforme met le produit en valeur. Ça permet de monter en gamme : on ne regarde pas un colis classique et un colis ''Sélection Poitou-Charentes'' de la même façon. »

Une réflexion avec les producteurs sur les débouchés

La plateforme souhaite renforcer ses approvisionnements au niveau local, en respectant deux critères : sécuriser les volumes et les prix d'achats. « Ce sont les deux paramètres qui rassurent nos clients », indique Philippe Parnaudeau.
Mais le partenariat fonctionne dans les deux sens, comme l'explique Nicolas Rivoalen : « un producteur ne sort pas qu'un calibre 12 en melon : il sort aussi du 11, du 9, du 15... Il faut qu'il puisse évacuer sa production. Ces possibilités sont élargies par le panel de clients que nous proposons. » Cette réflexion sur les débouchés commence en amont, dès le choix des semences - un partenariat a d'ailleurs été installé avec le saintais Agrisem. La plateforme oriente parfois les producteurs vers d'autres produits, pour éviter un encombrement du marché qui créerait une surproduction et ferait baisser les cours.
En tant qu'intermédiaire, Pons Primeurs tient une place importante dans la filière, que Nicolas Rivoalen résume simplement : « nous sommes le trait d'union entre le champ et l'assiette ». La plateforme cherche à renforcer ce lien entre l'amont et l'aval au moyen de rencontres. La première a été organisée à Rochefort en mars dernier, et la seconde chez le maraîcher Johan Bernardin, à Rétaud, fin juin. À chaque fois, 150 personnes environ se sont données rendez-vous : des producteurs et leurs acheteurs. Deux succès, aux yeux de la société, qui espère en organiser d'autres prochainement.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui