L'Agriculteur Charentais 10 août 2017 à 08h00 | Par CP

Lait : Les coûts de production intégrés au calcul du prix

Les dispositifs législatifs évoluent et visent à tenir compte des coûts de production des exploitants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jerome CHABANNE

330 euros les 1000 litres est le niveau de prix auquel Terra Lacta s’est engagé à payer ses producteurs au mois de juillet. Alain Lebret, président de la coopérative officialisait ce montant lors de l’assemblée générale de juin. A la tribune de la réunion annuelle, il précisait également que cette paie serait la première à dépendre de la nouvelle formule de calcul du prix du litre de lait arrêtée en conseil d’administration. L’évolution ces trois dernières années de la législation contraint les industriels, coopératives ou privés, à revoir les dispositifs contractuels. La loi Sapin 2, signée en décembre 2016, prévoyait dans son article 94, la révision des accords-cadres. Depuis, dans les entreprises, les négociations ont cours, à huis clos. Tout en respectant les règles imposées par la loi, chaque transformateur garde secret les équilibres négociés.

Lire la suite dans notre édition papier du 11 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui