L'Agriculteur Charentais 29 mars 2013 à 12h34 | Par Réussir

LAIT - La bataille du prix, une priorité

Au cours de leur assemblée générale, la fédération nationale a fait de la revalorisation du prix du lait, la priorité de leurs priorités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«La convergence des aides peut avoir des effets bénéfiques comme
des effets destructeurs» estime Thierry Roquefeuil, président de la FNPL
«La convergence des aides peut avoir des effets bénéfiques comme des effets destructeurs» estime Thierry Roquefeuil, président de la FNPL - © Réussir

«Un signe sur les prix est vital et l’enjeu de la Pac est primordial» pour les éleveurs a résumé Thierry Roquefeuil, le président de la Fédération nationale laitière, à l’adresse du ministère de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors de l’Assemblée générale qui s’est tenue à Nantes, les 20 et 21 mars. Malgré quelques déclarations de leaders de la distribution, Serge Papin notamment, les éleveurs attendent toujours une traduction concrète de ces intentions. En tout cas le ministre, et comme le lui demandait Thierry Roquefeuil a accepté l’idée d’organiser une table ronde avec la filière et la distribution «afin d’examiner les modalités concrètes d’atteindre cet objectif». La date n’est pas encore arrêtée mais la réunion pourrait se tenir d’ici la fin du mois d’avril. Dans la foulée, le ministre s’est engagé à apporter quelques modifications à la loi de modernisation de l’économie pour moraliser les relations avec la grande distribution. Ainsi il s’est prononcé sur la rédaction de clauses écrites obligatoires de façon à ce que les distributeurs ne reviennent pas, pour une raison ou pour une autre, sur les engagements qu’ils ont pris. Cette disposition sur la transparence des contrats devrait être inscrite dans la loi sur la consommation qui sera présentée au Parlement à la fin du premier semestre. La loi devrait également comporter un article qui autorise une modification des contrats en cas d’augmentation exceptionnelle des coûts de production, de façon à permettre aux éleveurs de répercuter la hausse de leurs charges. Et la loi de modernisation agricole qui va suivre à la fin de l’année devrait prévoir d’accorder des contrats plus longs pour les jeunes qui s’installent et plus de facilités pour les résilier.

44 millions d’euros

Sur la Pac, Thierry Roquefeuil n’a pas manqué d’interpeller Stéphane Le Foll sur les incertitudes de la réforme et ses conséquences pour l’élevage. La convergence des aides ? Elle «peut avoir des effets bénéfiques comme des effets destructeurs (…) Globalement elle représente une perte nette pour les éleveurs laitiers. Un tiers d’entre eux perdrait 100 euros par hectare» observe le président de la FNPL. La surdotation des 50 premiers hectares ? «Cela n’apporte qu’une partie de la réponse» à la situation des producteurs de lait, Le verdissement ? «C’est inadmissible que les prairies permanentes ne soient pas considérées comme une culture» a-t-il ajouté. Avant d’appeler de ses voeux une aide couplée à la vache laitière, «la seule vraie réponse». Le ministre en a convenu en indiquant qu’il se battait à Bruxelles pour obtenir davantage de couplage. Aux 10 % d’aides couplées maximum proposées par la Commission de Bruxelles, le Parlement s’est prononcé en faveur de 15 % et le Conseil des ministres 12 %. Et sur la convergence, il n’a pas caché la difficulté à en limiter la portée, en raison de l’opposition résolue de la Commission à tout retour en arrière. Le ministre s’est également montré favorable à ce que les éleveurs puissent retourner leurs prairies sans laisser leur exploitation figée «pour l’éternité». Mais c’est sur l’après quota qu’il s’est montré le plus inquiet. Il redoute que la libéralisation pousse à la surproduction. Invoquant des débouchés à l’exportation, les Pays-Bas visent une augmentation de leur production de 20 % dans les années qui viennent, d’autres pays sont sur le même scénario. Ce qui provoquerait une crise sans précédent dans le cas où les débouchés vers les pays tiers se fermeraient. «Chacun ne devra pas faire ce qu’il veut sur le lait» a-t-il indiqué avant d’annoncer la tenue d’une réunion spécifique sur le lait à l’échelle européenne en septembre prochain.

En attendant, le ministre s’est engagé à débloquer une enveloppe de 20 millions d’euros pour aider les producteurs de lait. En fait elle sera destinée aux nouveaux installés et aux récents investisseurs, davantage fragilisés par la hausse des coûts de production sur la base de leur quota laitier. Une somme identique sera accordée aux nouveaux installés et récents investisseurs de bovins allaitants et engraisseurs et 4 millions d’euros viendront abonder l’enveloppe annuelle de l’aide aux éleveurs de chèvre. Mais il faut reconnaître que cette annonce a reçu un accueil mitigé des producteurs de lait, l’urgence étant la revalorisation des prix du lait à la production.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.