L'Agriculteur Charentais 13 septembre 2018 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

La prospection collective, un maillon essentiel pour lutter contre la flavescence dorée

Une mobilisation sans faille chez les viticulteurs bio pour prospecter afin de lutter contre cette maladie ravageuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un pied de vigne touché par la flavescence dorée.
Un pied de vigne touché par la flavescence dorée. - © AC

Depuis 8 ans, c’est devenu l’évènement incontournable chez les viticulteurs bios de Vitibio : une journée de prospection collective dans les vignes, à quelques jours des vendanges. Cette opération, menée aux quatre coins de la Charente-Maritime et de la Charente, conjointement avec les Chambres d’agriculture 16 et 17, est primordiale pour lutter contre la flavescence dorée. Huit groupes ont été constitués. Cette journée s’est déroulée, jeudi 6 septembre, notamment, à Ballans. «Depuis ce matin, ici, nous avons prospecté 35 ha, à raison d’une personne par rang, face à face» explique Pascal Rousteau viticulteur et président de Vitibio. Nous avons la chance d’être en groupe et d’être épaulés par des techniciens de la Chambre d’agriculture qui ont de bonnes connaissances sur la maladie.» Pour lui, l’aspect collectif est «très important» : «cela apporte une dynamique de groupe, on est ainsi plus motivé. De plus, c’est un moment d’échanges sur l’état de nos vignes, la conduite du palissage. La convivialité est au cœur de cette journée. D’ailleurs, elle se terminera autour d’un repas.» Selon Pascal Rousteau, la lutte passe en trois points : prospection, arrachage et traitement.
Pour rappel, cette maladie est due à un phytoplasme qui modifie la circulation de la sève. «Il se transmet d’un cep à un autre par un insecte, la cicadelle, qui en se nourrissant pique les rameaux de la vigne» précise Michel Girard, technicien viticole à la Chambre d’agriculture 17. Afin de lutter au mieux, le contrôle des cicadelles en mai est important avec des applications insecticides au printemps et en été. Mais le plus important reste la prospection. Elle a lieu avant les vendanges. La prospection collective est un réel plus pour la qualité de l’observation.
Lors de cette journée, à Ballans, du ruban de balisage a été mis sur deux rangs et sur deux ceps douteux. La Fredon viendra faire des prélèvements sur feuille puis analysera et enverra par la suite les résultats au viticulteur. «C’est le schéma classique de la lutte : prospection, marquage, analyse et arrachage suivant les résultats» affirme le technicien.
À l’issue de la journée, 350 ha ont été prospectés, «la moitié du vignoble bio en Charente et Charente Maritime» précise Pascal Rousteau. La prospection collective mobilise davantage les viticulteurs, d’où le constat que l’on peut avoir :   le vignoble bio est mieux prospecté que le conventionnel.
Avec les 47 viticulteurs (ou leurs salariés) qui ont participé, on a pu noter la présence de Marc Gourgues, de la société Huré Agri Consult, de Paul Armel Salaun, animateur viti à la FRAB. Daniel Pasquet, de Vini-vitis Bio, très impliqué dans cette opération, ne pouvait être présent, ainsi que les techniciens des deux chambres d’agriculture..
Avec 7 campagnes de prospections, 300 ha de vignes sont prospectés, en moyenne. Le nombre de ceps suspects est variable selon les années, mais globalement la lutte porte ses fruits.

 

Retrouvez l'intégralité de cet article dans notre édition papier du 14 septembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui