L'Agriculteur Charentais 01 février 2019 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

La montée en pression de la qualité

Les viticulteurs de la Coop de Ré redéploient leur gamme vers de nouveaux produits, tout en visant le haut du panier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le monde presque clos de l’île de Ré compose entre une économie touristique, alimentée par les touristes, et une production à la fois viticole et maraîchère. Il existe un lieu où elles se rencontrent et échangent : la coopérative. On y vend toute la gamme du vignoble rétais, des cognacs aux vins bio en passant par la gamme Soif de Ré et les pineaux, mais aussi les pommes de terre primeur, deux-trois mois dans la saison. En-dehors du boom estival, la coopérative cherche encore à développer « son commerce » sur le continent et passe des alliances avec les producteurs de Noirmoutier. Si bien que lorsque la coopérative fait son bilan, au cours de son assemblée générale, c’est surtout de stratégies qu’il est question.

Jean-Jacques Enet, le président de la Coop de Ré.
Jean-Jacques Enet, le président de la Coop de Ré. - © AC

Montée en gamme

Stratégies, car il s’agit de construire des gammes, entre vins rosés, mousseux, cognac et vins rosés. La « typicité » de ces produits-là les rend uniques, surtout vendus l’été. Une période estivale où le cellier devient parfois trop exigu, d’où les permis qui devraient bientôt être obtenus pour la construction du nouveau cellier de vente. Longtemps repoussé, car d’autres investissements s’avéraient nécessaires, il devrait rendre plus visibles sur l’île les produits locaux. Ce sera pour 2020. Entretemps, les viticulteurs rétais posent leurs pierres : première vinification d’un cuvée vin rosé bio en 2017, qui sera présentée au Salon des vins bio de mars prochain à Neuil-sur-Mer, montée en puissance de l’Azuré, de Terre Rouge ou des Soif d’Évasion. Cette dernière « marque », avec ses 233 000 bouteilles, voit progresser les Soif d’Evasion Sauvignon de presque 10 %, d’un quart en deux ans. « Cela démontre l’intérêt des consommateurs pour les vins haut de gamme », analyse Jean-Jacques Enet, le président de la coopérative. « Cela conforte notre politique de qualité exigeante. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui