L'Agriculteur Charentais 26 septembre 2019 à 14h00 | Par Kévin Brancaleoni

Jacques Chirac, le président qui aimait tâter le cul des vaches

Celui qui fut douze ans durant président de la République Française est décédé ce 26 septembre, à l'âge de 86 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Chirac au salon de l'Agriculture, en 1999.
Jacques Chirac au salon de l'Agriculture, en 1999. - © INA

L'ancien président de la République Jacques Chirac est décédé ce jeudi septembre à l'âge de 86 ans. S'il est né à Paris, il est d'origine corrézienne, et ces racines influenceront une grande partie de sa vie politique. Il fut le premier maire de la capitale, mais c'est dans son département natal qu'il fit toute sa carrière de député, entre 1967 et 1995. Un lieu où il a acquis l'amour de la terre, du monde agricole.

Jacques Chirac est sans conteste le président qui a su le mieux nouer un lien avec les agriculteurs, qui furent nombreux à voter pour lui tout au long de sa carrière politique. Le salon de l'Agriculture, qu'il visita à près de quarante reprises entre 1972 et 2011, restera associé à son nom. Son premier poste d'importance fut celui de ministre de l'Agriculture de Pierre Messmer, pendant les dernières années de mandat de George Pompidou. Promoteur de l'agriculture de montagne, il s'y oppose une première fois à celui qui fut son grand rival, Valéry Giscard d'Estaing, sur une taxe sur la production maraîchère.

Premier ministre à deux reprises (fait unique sous la Vème République), il choisit, sous la cohabitation, d'ouvrir son gouvernement à quelques personnalités de la vie civile, et confie alors le portefeuille de l'Agriculture à un agriculteur, François Guillaume, alors président de la FNSEA. Le dernier ministre de l'Agriculture de sa présidence, de 2004 à 2007, était lui charentais-maritime : l'actuel président du Conseil départemental Dominique Bussereau.

Président de la République de 1995 à 2007, celui qui avait d'abord été un européen sceptique mit toute son énergie à défendre la Politique agricole commune, face aux doutes des autres pays, face même à l'OMC. Homme associé au terroir, il n'en était pas moins un fervent défenseur de la vocation exportatrice de l'agriculture française.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui