L'Agriculteur Charentais 03 avril 2014 a 09h45 | Par Guillaume de Werbier

Gastronomie - Saveurs locales au menu

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © VR

Au total, l'association compte 39 restaurants gastronomiques de la région. Tous ont eu les faveurs d'un guide gastronomique, que ce soit le Guide Michelin, Gault et Millau ou le Bottin Gourmand. Un impératif pour intégrer Les Tables Gourmandes.La priorité de ces enseignes : la mise en valeur des produits du terroir, de leurs saveurs authentiques et des traditions culinaires régionales, au service d'une cuisine raffinée, résume Claude Guignard, président depuis cinq ans des Tables Gourmandes de Poitou-Charentes.En 2013, le restaurant La Cédraie du Château de Curzay était récompensé par une étoile au Guide Michelin. Il a notamment à son menu des fromages de chèvres, tomme, fromage frais aux épices, chabichou, bûche, et autre pyramide, venant de l'exploitation de Jean-Frédéric Granger à Celle L'Evescault. Une vitrine non négligeable pour ce producteur qui commercialise la totalité de sa production en circuits courts. «Ça se passe très bien avec Alexis Lourdault, le responsable du restaurant», confie Jean-Frédéric Granger. «En mai dernier, il m'a aussi pris deux cabris. Le restaurant a proposé du chevreau à l'ail vert. Ça a été très apprécié.»L'éleveur développe une gamme de produits transformés à base de viande de chèvre : rillettes, saucisses sèches (nature, aux figues et noisettes), saucisses à griller, terrine de foie de chèvre au pineau… «Le contact avec le réseau des Tables Gourmandes donne l'occasion de trouver de nouveaux prescripteurs. Les produits que je propose peuvent donner des idées aux restaurateurs pour leurs menus.»L'Earl Le Domaine du Parc de Jean-Frédéric Granger fournit aussi en fromages, parmi d'autres, Le Cheval blanc à Vouillé, Le Vieux Château à Gençay, La Promenade à Couhé ou encore Les Glycines à Melle. En plus de ses marchés, il approvisionne plusieurs boutiques de produits régionaux. «On a aussi des petites enseignes de proximité, comme Vival, qui sont intéressées par mes produits que l'on ne trouve ni chez les grossistes, ni dans les supermarchés de l'agglomération de Poitiers.» En parallèle, il travaille de plus en plus avec la RHD. Plusieurs lycées et collèges de la Vienne lui commandent régulièrement ou ponctuellement des fromages pour les mettre aux menus des élèves. Un débouché intéressant mais qui demande d'être toujours en alerte pour nouer des partenariats durables avec ces professionnels de l'alimentation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous