L'Agriculteur Charentais 04 janvier 2018 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

FNSEA 17 : Un éclairage sur le bio

Lors de la réunion cantonale à Surgères, Laurent Proux, agriculteur bio et président de la Corab était l’invité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Proux, président de la Corab.
Laurent Proux, président de la Corab. - © AC

L’arrivée de l’hiver signifie réunions cantonales des actifs au sein de la FNSEA17. Lundi 18 décembre, l’une d’elles s’est déroulée à Surgères, dans les locaux de l’Enilia-Ensmic avec plus de 25 participants. Au cours de cet après-midi, beaucoup de sujets toujours d’actualité ont été traités : prairies permanentes, Cipan, Pac, SIE, zones défavorisées, glyphosate, tuberculose «un dossier compliqué», Etats généraux de l’alimentation. Sur ce dernier sujet, les marges arrières ont suscité une discussion. Jean-Jacques Gaucher, président cantonal d’Aigrefeuille estime qu’il faut être «vigilant». Pour Bernard Dubois, éleveur à Vandré et vice-président Interbev Nouvelle Aquitaine, «l’interprofession bovine est depuis longtemps sur ce dossier. C’est peut-être trop tôt pour le dire, mais cela va accoucher d’une souris.» Selon lui, dans le département, «la démarche Eleveur Engagé permet de se rapprocher des coûts de productions.» Pour les céréales,  les EGAL n’apporteront rien. «Il ne faut pas s’attendre à des miracles.»
La seconde partie de cette réunion était aussi tout intéressante, puisque Laurent Proux,  agriculteur bio à Migré et tout juste élu président de la Corab (coopérative régionale d’agriculture biologique) a été invité à dialoguer avec les agriculteurs. «De plus en plus d’agriculteurs font le choix de la bio. L’avenir est-il en bio? Il nous est apparu intéressant d’éclairer vos questionnements» lance Jean-Jacques Gaucher à l’auditoire.

Une autre conception de l’agriculture


Laurent Proux, installé sur 135 ha s’est tourné vers la bio en 2004 «suite à un questionnement personnel sur l’activité agricole.». Il reconnaît qu’il y a 13 ans, «c’est plus compliqué  d’être en bio. On ne savait pas où l’on allait au niveau du développement». La voix posée, sûre, l’agriculteur explique, argumente, détaille, écoute les remarques, répond avec franchise. Il parle de bio «locale et éthique», de magasins spécialisés.  Il présente les tenants et les aboutissants de la Corab, parle des contrats sur 3/5 ans. «On n’engage aucun semis tant que le contrat n’est pas signé. C’est l’agriculteur qui détermine son assolement. On anticipe. Voilà trois ans que j’ai réfléchi à la culture de cette année» Certes, il reconnaît qu’il préfère avoir «un cahier des charges exigeant, mais avec des débouchés cela permet d’avoir dans le temps, des prix.» Sans ambages, il évoque les contrôles, «chaque année. En plus de l’administratif, nous avons des contrôles aléatoires, avec des prélèvements sur les parcelles.»
Côté agronomie, il précise «le besoin d’avoir de bonnes connaissances. Il y a tout à découvrir. Nous revenons à des variétés anciennes car plus résistantes et mieux adaptées au terroir». Il prévient que «le raisonnement conventionnel est différemment du raisonnement bio. Quand on prend la herse étrille ou le pulvé, ce n’est pas le même état d’esprit.» 
Pour lui, à terme, la bio va représenter 20 à 40 % de la consommation. «Nous sommes dans un monde qui bouge. L’agriculture a son virage à faire. Si on fait du bio que pour des raisons économiques, ne le faites pas. Il faut avoir une envie de changer.» Des propos qui résonnent chez certains adhérents. Un échange très fructueux qui en a «interpellé» quelques uns.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui