L'Agriculteur Charentais 28 avril 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Filière : Il faut que ça bouge dans les Vins de Pays Charentais !

Le Syndicat des producteurs et de promotion des Vins de pays Charentais recherche une dynamique et étudie de nouveau la possibilité de créer une vitrine de type Maison des vins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Thierry Jullion, président du syndicat des producteurs et de promotion des Vins de Pays Charentais, Jean-Jacques Hauselmann, technicien, et Jean-Jacques Biteau.
De gauche à droite : Thierry Jullion, président du syndicat des producteurs et de promotion des Vins de Pays Charentais, Jean-Jacques Hauselmann, technicien, et Jean-Jacques Biteau. - © VC

La présentation se veut énergique et entrecoupée de clips vidéos humoristiques. Les intervenants sont dynamiques à l’image de Jean-Jacques Biteau, ancien journaliste et producteur à Sablonceaux, qui animait les débats. Les responsables du syndicat des producteurs et de promotion des Vins de Pays Charentais ont voulu faire de leur assemblée générale le 12 avril aux Abattoirs à Cognac la représentation d’une filière qui va de l’avant et prend son destin en main. Ils ont sans doute été revigorés par les chiffres de la récolte 2014 en hausse à 77 500 hectolitres (voir encadré), après deux années compliquées. Même les comptes du syndicat sont revenus dans le vert (+ 48 700 €) après trois exercices déficitaires. «Notre budget ne dépend que de 10 % des subventions, ce qui est peu en ces temps de restriction budgétaire des collectivités», pouvait se réjouir le bouillonnant Thierry Jullion, président du syndicat, qui officie un peu comme le chef de fil de cet esprit de révolte qui plane désormais dans les Vins de Pays Charentais.

Lire la suite dans notre édition papier du 22 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
37 Mt
Le service statistique du ministère de l’Agriculture a estimé le 9 juillet la récolte 2019 de blé tendre en hausse, sans toutefois prendre en compte la canicule de fin juin qui « pourrait affecter les rendements ». « La production de blé tendre atteindrait 37 Mt : elle augmenterait sur un an (+8,5 %) et par rapport à la moyenne 2014-18 (+3,6%) », selon une note. Un bon rendement est prévu, à 73,7 q/ha (+3,9 q/ha par rapport à 2018), supérieur de 5% à la moyenne quinquennale. « La récolte de blé dur subit une chute de 18,6% en un an, sous l’effet du recul des surfaces » à 271 000 ha (-23,4%), leur plus bas niveau depuis 1997, poursuit Agreste. Avec 3,9 Mt, « la production d’orge de printemps est en forte progression (+27,2 % sur un an) essentiellement grâce à la hausse de la sole ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui