L'Agriculteur Charentais 15 mars 2019 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Faut-il ou pas augmenter la réserve climatique ?

Les réunions, sur toute la région délimitée, ont suscité le débat et posé quelques jalons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réserve climatique a été créée afin de permettre aux viticulteurs de palier des déficits de rendement, engendrés notamment par des aléas climatiques tels que le gel ou la grêle.
La réserve climatique a été créée afin de permettre aux viticulteurs de palier des déficits de rendement, engendrés notamment par des aléas climatiques tels que le gel ou la grêle. - © AC

Après huit réunions sur le vignoble de l’AOC Cognac, l’UGVC a présenté aux viticulteurs l’état économique de la filière Cognac, ses évolutions et ses perspectives. «Dans un contexte très favorable, mais soumis à la récurrence forte des aléas climatiques, les viticulteurs ont demandé à leur syndicat à ce que le seuil de constitution de la réserve climatique soit revu à la hausse.» C’est la conclusion que tient aujourd’hui l’UGVC. Ces réunions sont des «moments importants» souligne Anthony Brun, secrétaire général de l’UGVC qui a animé les réunions avec ses collègues élus : «cela nous permet de mieux comprendre les attentes du terrain et de pouvoir s’en faire écho dans les instances où nous siégeons».
Ces réunions ont été l’occasion de revenir sur l’année passée : rendement à 14,64 hl AP/ha,
3 474 ha de contingent d’autorisations de plantation nouvelle, excellents chiffres du Cognac… «Les craintes qui se font jour sur le terrain : la réserve climatique apparaît clairement comme un point à améliorer. En tant que syndicat, nous cherchons des solutions pour faire avancer la viticulture et l’AOC », précise Anthony Brun. Les aléas climatiques ont jalonnés la dernière décennie, même si 2018 a été bonne et généreuse. Interrogés par l’UGVC sur la réserve climatique, les viticulteurs présent à ces réunion se sont exprimés en faveur de l’augmentation de son niveau. «C’est une piste sérieuse d’évolution ! Nos stocks de réserve climatique sont 5 à 6 fois inférieurs à ce qu’il faudrait, certaines assurances augmentent leurs tarifs voire même se désengagent… Rehausser le seuil de constitution de la réserve climatique, qui est aujourd’hui à 7 hl AP/ha, est une opportunité que nous allons étudier très vite » conclut Anthony Brun.Le débat va donc maintenant se porter dans l’interprofession, après que l’UGVC en ait discuté en interne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui