L'Agriculteur Charentais 05 septembre 2013 à 10h24 | Par Bernard Aumailley

Estuaire de la Gironde - Le SAGE signé, c’est maintenant que tout commence

La gestation et l’accouchement furent difficiles. Le ministre de l’Ecologie a apporté son paraphe au document. Avant les actes, il faut régler «quelques détails.»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Une décennie pour y parvenir. Parvenir à l’acceptation et la signature en grande pompe, avec promenade sur le fleuve et ministre en prime. Le SAGE de l’Estuaire, inscrit dans le SDAGE Adour-Garonne de 2009, marque ainsi une nouvelle étape : il peut passer à l’action. Si vendredi dernier, on se gargarisait sur «le plus vaste estuaire» européen, il faut dire que la «concertation» pour son avènement portait sur deux départements, deux Régions, 185 communes, 3800 km2 et près du million d’habitants. Entre l’amont, ou les évolutions hydrologiques et l’utilisation des sols, pas seulement agricole, ont changé et l’aval, avec le vaste océan, la Gironde se cherche.

Lire le récit complet et les réactions dans notre édition du 6 septembre

- © AC

Réactions
Les oubliés dans l’histoire
«On ne nous a pas écoutés. Nous avons apporté des dizaines de contributions agricoles à l’enquête d’utilité publique qui n’ont pas été prises en compte. Ni l’avis des chambres d’agriculture.» Alors les agriculteurs ont décidé de ne pas aller à la signature en signe de protestation. «Le Pays du Médoc a changé d’avis…» Le PADG ne comporte plus les zones humides qu’en annexes. Mais c’est insuffisant pour l’agriculteur de Bois : «selon nous, jamais notre contribution n’a été prise en compte comme ailleurs. Nous ne siégeons pas à la CLE. Les polders pourraient servir d’expansion des crues. Ce n’est pas acceptable !» Michel Amblard ne veut pas réduire le différent au simple «urbains-ruraux» ou «Cub-monde rural» : «l’estuaire est notoirement connu. Il fallait valider coûte que coûte le SAGE, car c’est un symbole. C’est un projet conduit trop vite.» Maintenant voter, «opposable au tiers», la phase est maintenant à l’action et… «si la réticence du terrain est forte, cela sera plus difficile.» Trouvant des alliés chez les maires de Haute Saintonge et «presque» le Conseil général, les agriculteurs sont «dans le rapport de force» : «la manière dont les choses furent présentées a conduit à des votes positifs. Ensuite, à la réflexion, certains se sont rétractés.» Sans contester l’utilité d’un SAGE, Michel Amblard y voit plutôt un travail élaboré par des technocrates que par une «véritable consultation sur le terrain.» 

Les élus de la Haute Saintonge, Jacky Quesson, Bernard Louis Joseph, Daniel Hillairet, présents vendredi et les deux sénateurs Belot et Laurent ont remis une motion au cabinet du ministre. En juillet à la Cdc de Haute Saintonge, par solidarité avec les maires de communes riveraines de la Gironde, des associations et des syndicats de marais, «pour être en cohérence avec la position de la Chambre d’agriculture.» On pouvait y lire que les inquiétudes ne sont pas  apaisées sur le risque inondations, car «subsistent toujours les zones d’expansion des crues.» Cette motion craint que le PAPI en discussion parte sur des bases de zones d’expansion. La motion souligne le rôle historique et économique de l’exploitation de ces zones dans «un équilibre écologique» et avec des équipements publics et privées. Pas question de déplacer activités et populations. Pas question que la centrale soit entourée d’une zone potentiellement inondable. Il faut donc des digues et l’urbanisation maîtrisée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous