L'Action Agricole Picarde 26 juin 2020 à 06h00 | Par Daniel Platel

Engraisser ses broutards : quel intérêt économique ?

Engraisser ses broutards est un moyen d’apporter de la valeur ajoutée à son élevage. Simon Doligez présente ses premiers résultats d’engraissement de taurillons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En moyenne, les taurillons disposent d’au moins 4 m2 de couchage. La ration est mélangée et il n’y a pas de compétition à l’auge.
En moyenne, les taurillons disposent d’au moins 4 m2 de couchage. La ration est mélangée et il n’y a pas de compétition à l’auge. - © D. P.



C’est lors de la porte ouverte du 9 janvier organisée par la chambre d’agriculture chez Simon Doligez à Gapennes que l’assistance a pu voir le troupeau constitué de soixante vêlages en race charolaise et les nouvelles installations. À cette occasion, de la place en bâtiment a été gagnée sur trois travées de l’ancien hangar pour l’engraissement. Chacun a été le témoin du démarrage de l’engraissement des broutards, mais maintenant que les animaux sont   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Action Agricole Picarde

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
10 420
C'est le nombre d'hectares vendus par la Safer en 2018, à l'occasion de 6052 ventes, pour une valeur de 428M€. Le marché du foncier rural a progressé de 12%. Le marché des terres viticoles est particulièrement dynamique.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui