L'Agriculteur Charentais 28 juin 2018 à 09h00 | Par Astrid Saviez

Elevage : Seenovia officiellement lancée

Atlantic Conseil Elevage, de Clasel et d'Elevage Conseil Loire Anjou, rassemblées en une seule structure : Seenovia.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Patrice Douge, Laurent Taupin, Lydie Bernard, Jean-Paul Houis, Philippe Royer et Xavier Veillet.
De gauche à droite : Patrice Douge, Laurent Taupin, Lydie Bernard, Jean-Paul Houis, Philippe Royer et Xavier Veillet. - © L'Anjou Agricole

L’objectif du regroupement est clair : améliorer le revenu et la qualité de vie des agriculteurs. Mardi 19 juin, les dernières assemblées générales d’Elevage Conseil Loire Anjou, Clasel et Atlantic Conseil Elevage ont eu lieu, au parc des expositions à Angers. «Ce sont trois entreprises aux bilans solides, explique Lydie Bernard, présidente d’Atlantic Conseil Elevage, au terme des assemblées générales ordinaires, au cours desquelles l’état financier de chaque structure a été présenté. Et quand le socle est solide, c’est de bon augure pour avancer». La journée s’est poursuivie par des assemblées générales extraordinaires qui ont permis d’acter «la naissance véritable de Seenovia. C’est le fruit d’une longue collaboration (24 mois), déjà mise en place sur le plan fonctionnel. Ces assemblées nous emmènent concrètement vers demain, notamment sur le plan juridique», explique Jean-Paul Houis, président d’Élevage Conseil Loire Anjou.
Philippe Royer, directeur général de Clasel, complète cet avis : «nous travaillons au quotidien sur les enjeux de terrain. Aucune de nos structures n’avait indépendemment les moyens de faire face seule aux nouvelles exigences règlementaires, numériques, technologiques, sociétales et économiques. La fusion est une réponse à l’évolution des marchés, pour continuer à apporter des solutions les plus complètes possibles au service des éleveurs ». C’est ainsi qu’à partir du 1er juillet 2018, Seenovia remplacera les 3 organismes d’élevage locaux.

Proximité et innovation


Les 6 sites actuels sont maintenus, permettant ainsi la juste répartition des salariés (agents de pesée, conseillers, managers) sur le territoire. Seul le siège social est transféré de Trélazé à Saint-Berthevin (53). «Nous souhaitons aussi une gouvernance qui part du terrain. Chaque activité (bovins lait, bovins viande et caprins) s’appuiera sur des “Relais éleveurs”, qui désigneront les membres des commissions. Ces relais permettront de faire remonter les besoins, les satisfactions ou insatisfactions, les avis... Ils seront le véritable reflet du terrain. L’idée est de lier maillage territorial et maillage filière», insiste Xavier Veillet, directeur des fonctions supports de Clasel. L’innovation est aussi un axe de positionnement fondamental, pour inventer «l’agriculture de demain : fermes connectées, médecines complémentaires, métiers de la génétique...».

Être une réponse aux besoins des éleveurs


Indicateurs de performance, conseils et produits et services seront proposés aux éleveurs. 
«Chaque adhérent pourra choisir les solutions en adéquation avec son besoin et l’agriculture qu’il souhaite mettre en place. L’idée n’est pas qu’il prenne toutes les solutions proposées, précise Philippe Royer. Charge à nous ensuite de montrer que pour chaque facture, nous aurons fait gagner plus d’argent que ce que nous aurons coûté». Seenovia est membre du groupe Seenergi. «Cela nous permettra d’allier l’agilité d’une entreprise à la force d’un groupe, toujours dans le but de de la création de valeurs pour les éleveurs », conclut Jean-Paul Houis.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
600 000
C'est la surface, en ha, de maïs (toutes variétés confondues) en Nouvelle-Aquitaine. La région cultive environ 30 % du maïs français. La Charente-Maritime est au 3ème rang régional, derrière les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui